Le résumé d’un article scientifique : comment faire ?

Quand un article scientifique (ou article de recherche) est publié en ligne, il est souvent accompagné d’un résumé. Cela lui donne de la visibilité et permet aux lecteurs d’avoir une idée du sujet afin de pouvoir rapidement s’y plonger.

Dans cet article, nous abordons tous les points essentiels liés au résumé scientifique : définition, conseils, remarques, erreurs à ne pas commettre et exemples.

Au fait ! Scribbr peut relire et corriger votre article scientifique pour que vous puissiez le publier dans une revue.

Qu’est ce que le résumé d’un article scientifique ?

Le résumé de l’article scientifique est important : avec le développement du libre-accès, les articles en lignes sont de plus en plus nombreux.

Cet élément possède un rôle, une position et une taille bien précis.

Le rôle du résumé de l’article scientifique

Le résumé est une très courte synthèse de l’article qui permet aux lecteurs d’avoir un aperçu de son contenu. Beaucoup de revues demandent la rédaction d’un résumé avant de publier l’article. Avec un résumé, l’article scientifique gagne en visibilité : son contenu est plus rapidement identifiable, sa diffusion facilitée et son référencement optimisé.

Il n’est pas à confondre avec l’introduction : le rôle du résumé est de rappeler l’ensemble de l’article, en passant par la méthode, les résultats et la conclusion. Sa traduction est souvent demandée par les revues afin de diffuser l’article à l’international. Cette traduction est appelée abstract et est parfois demandée dans d’autres langues.

Le résumé : sa place dans l’article scientifique

Le résumé est placé au début de l’article : avant l’introduction et le contenu même de l’article. Alors que l’introduction arrive en deuxième page, le résumé est toujours placé sur la ou les premières pages. Il est généralement accompagné de mots-clés.

Le résumé de l’article scientifique : sa taille

Un résumé d’article scientifique (ou abstract) tient en un seul paragraphe qui ne dépasse jamais une page. Le nombre exact de mots ou de lignes à ne pas dépasser dépend de chaque revue.

Exemple
La revue Esclavages & Post-esclavages demande un résumé de 2 000 signes espaces comprises au maximum, la revue Révolution Française un résumé de 1 000 signes, tandis que la revue Géolinguistique demande un résumé de 10 lignes maximum.

Un résumé en français ou en anglais ?

Même si l’article est en français, il arrive souvent qu’un résumé en anglais soit demandé. Cela le rend plus accessible, et la recherche menée peut être partagée avec le monde entier. Même si le résumé est court, il est suffisant pour que les chercheurs prennent connaissance des nouvelles informations qu’il apporte.

Le résumé doit parfois être traduit dans d’autres langues. Par exemple, la revue Esclavages & Post-esclavages demande un résumé en français, en anglais, en espagnol et portugais.

Les types de résumés scientifiques

Il existe plusieurs types de résumés. Les plus courants sont le résumé indicatif et le résumé informatif. Les résumés graphiques, propres à certains domaines, sont plus rares.

Le résumé indicatif (ou signalétique)

Ce type de résumé est souvent employé pour les articles de l’état de l’art (ou les review en anglais). Il reprend les titres du texte afin de représenter la structure de l’article dans un court texte.

D’après la norme Afnor (norme Z 44-004), ce type de résumé « signale le ou les thèmes d’études. Ce mode de description externe est à utiliser essentiellement pour des textes soit trop courts, soit trop détaillés pour permettre la rédaction d’un résumé informatif, par exemple : articles monographiques, synthèse bibliographique. Le résumé indicatif renseigne le lecteur sur les thèmes étudiés. Il s’apparente à une table des matières.

Exemple
Voici l’extrait de l’article « Le poids des mots pour trouver sa place dans l’espace scolaire » disponible en ligne :« Cet article présente des rythmes dans l’appropriation du français par les élèves récemment arrivés en France. Nous questionnons d’abord les terminologies institutionnelles retenues depuis les années 1970. Puis, nous mettons en évidence quelques caractéristiques individuelles liées à la trajectoire migratoire, qui peuvent aussi avoir une incidence sur l’apprentissage. Enfin, nous communiquons des résultats liés au suivi de cohorte de collégiens nouvellement arrivés qui nous donnent des indicateurs sur le rythme d’appropriation de la langue française et interrogent les représentations que l’institution peut en avoir. »

Le résumé informatif

Le résumé informatif reprend le contenu de l’article. Il expose les informations les plus importantes pour chaque étape de l’article (état de l’art, méthode et matériel, résultat, discussion et conclusion).

D’après la norme Z 44-004 qui définit officiellement le résumé scientifique, « ce résumé doit constituer un texte autonome d’une logique rigoureuse. Les informations retenues pour le résumé sont généralement présentées selon leur ordre d’apparition
dans le document ».

Exemple
Voici le résumé de l’article « Le calcul et le politique » disponible en ligne :« Peu après son élection en 2012, le Président de la République F. Hollande lance un grand débat sur la politique énergétique française : le “Débat National sur la Transition Énergétique” (DNTE, 2012-2013). L’article se saisit de ce processus afin d’interroger la fabrique des choix énergétiques en France et ses mutations. Ce faisant, il s’intéresse aussi à la question de l’articulation entre pratiques calculatoires et changements politiques. L’analyse part d’une vision élargie du calcul et du politique, qu’elle conçoit comme pratiques de mise en relation d’entités hétérogènes. Elle s’intéresse aux pratiques calculatoires et à leurs supports matériels (modèles, scénarios, tableurs), et elle examine leur rôle dans la formation de nouveaux assemblages politiques. L’article discute sur cette base les apports du DNTE en termes de déplacements de l’expertise (acteurs, outils, méthodes), de transformations de l’action publique (modes d’association et de composition de l’intérêt public) et de recompositions sociétales plus larges (formation de nouveaux collectifs). En conclusion, nous proposons la notion d’infra-modèle pour explorer la tension entre robustesse scientifique et capacité de médiation dans les processus collectifs de construction de visions de futur. »

Le résumé graphique

Le résumé graphique présente les conclusions de la recherche avec des images, des graphiques ou des figures. Il permet au lecteur de rapidement comprendre les résultats et conclusions de l’article. Ce type de résumé est souvent utilisé pour les articles qui introduisent des processus, des mécanismes ou des théories complexes. On le retrouve surtout dans les articles de sciences dures (chimie, robotique, informatique, etc.).

Exemple
Voici le résumé graphique de l’article « Miyaura reaction of aryl halides under ambient conditions » :« Palladium–dodecanethiolate nanoparticles (PdTNs) catalyze the quantitative Suzuki–Miyaura coupling of halogenoarenes under biphasic conditions in THF/water at room temperature and can be recovered by precipitation using ethanol and re-used. »

Obtenez un retour sur votre style linguistique, plan et clarté.

Des correcteurs professionnels relisent et corrigent votre document en se focalisant sur :

  • Le style académique
  • Les fautes de français
  • La structure de votre texte
  • La clarté et logique de vos propos

Plus d'informations

La structure du résumé scientifique

La plupart du temps, les résumés scientifiques suivent une structure. Certains présentent les grands axes du textes (résumé indicatif), tandis que d’autres reprennent le contexte, les hypothèses, la méthode et les résultats (résumé informatif).

Afin de réaliser une résumé informatif, il est important de n’oublier aucun élément. Pour cela, il est conseillé de suivre une structure en 5 étapes.

  1. Le titre : un résumé ne commence pas tel quel, ill doit être précédé d’un titre. La première phrase du résumé peut aussi rappeler le titre en le reformulant.
  2. Le contexte : c’est l’état de l’art qui permet de situer la nouvelle recherche par rapport aux études précédentes.
  3. Le matériel et la méthode : un rappel du matériel et de la méthode permet de montrer les expériences, tests et recherches détaillées dans l’article.
  4. Les résultats : le résumé doit expliquer brièvement les résultats obtenus par les expérimentations et les recherches.
  5. La conclusion : à la fin du résumé, un bref rappel de la conclusion permet d’évoquer les déductions du chercheur.

Ces étapes de sont pas obligatoires et dépendent du domaine ainsi que des choix de l’auteur. A cause du caractère limité des résumés scientifiques, il est courant que les chercheurs raccourcissent ou omettent certaines parties dans leur résumé scientifique.

Comment rédiger un résumé scientifique ?

Il existe plusieurs types de résumés scientifiques. Afin de rédiger un bon résumé, il est possible de suivre un plan qui reprend le titre, le contexte, le matériel et la méthode, les résultats et la conclusion. Le tout doit être rédigé suivant un style de rédaction scientifique.

L’article qui servira de référence tout au long de cet article est le suivant :
Kelly Céleste Vossen, « Le cadrage politique et l’ethos de Justin Trudeau sur Instagram : un storytelling héroïque entre émotion et celebrity politics », Communiquer, 26 | 2019, 1-22.

Étape 1 : Rappeler le titre

Ce rappel du titre peut être intégré au résumé. Si l’espace n’est pas suffisant, il apparaîtra au dessus. Le titre de l’article peut être reformulé dans les premières lignes du résumé et ainsi servir de phrase d’accroche.

Exemple du titre de notre article de référence
« Le cadrage politique et l’ethos de Justin Trudeau sur Instagram : un storytelling héroïque entre émotion et celebrity politics »

Étape 2 : Contextualiser le sujet

C’est le contexte dans lequel s’inscrit la recherche présentée par l’article. Cette section a pour but d’introduire le sujet en quelques phrases, et de montrer comment se positionne la recherche de l’auteur. Cet état de l’art peut être suivi par une brève explication de la question de recherche et des hypothèses.

Exemple de présentation du contexte
« Face à l’omniprésence croissante de certains acteurs politiques sur Instagram, il semble essentiel d’étudier son usage par les leaders politiques. Cet article explore la façon dont les conseillers en communication ont cadré l’ethos de Justin Trudeau sur Instagram durant sa campagne et les 100 premiers jours de son gouvernement. »

Étape 3 : Présenter le matériel et la méthode

Le matériel et la méthode peuvent ensuite être rappelés en quelques phrases. Le chercheur (ou doctorant) montre comment il s’y est pris pour tester la validité de ses hypothèses. Dans cette partie, on retrouve des enquêtes, des tests, des sources, des variables mesurées, etc.

Voici un exemple d’une présentation de la méthode :
« Dans cette optique, une méthode largement quantitative fut adoptée, consistant en une analyse de contenu catégorielle, soutenue par l’analyse de discours. »

Étape 4 : Exposer les résultats

Ensuite, une partie peut être dédiée aux résultats. On y retrouve parfois des interprétations, confirmations, réfutations, avancées et nouvelles interrogations. Elle est plus ou moins longue, dépendamment des résultats présents dans l’article.

Exemple d’une présentation des résultats dans un résumé scientifique :
« Les résultats obtenus lèvent le voile sur un ethos axé sur l’authenticité, la compassion et la compétence. »

Étape 5 : Conclure

Pour finir un résumé scientifique, il peut être utile de rappeler la conclusion de l’article. Elle peut proposer une ouverture à l’article, en exposant les doutes et les points à approfondir.

Voici un exemple de conclusion, issu de notre article de référence :
« Justin Trudeau est présenté grâce aux stratégies reposant sur le recours au pathos et au celebrity politics, cela à travers un storytelling héroïque et positif. »

Le style de rédaction du résumé

Le style de rédaction du résumé doit être sobre, sans tournures complexes ou phrases trop longues. Le résumé a pour objectif de présenter les informations de la manière la plus simple et efficace possible. Ce style de rédaction simple et clair facilite la compréhension des informations qu’il expose.

Exemple
La revue Révolution Française précise dans ses consignes à l’auteur :
« Pour permettre une rédaction aisée des abstracts, merci de bien vouloir le rédiger avec des phrases courtes, claires et précises, afin d’éviter tout malentendu au moment de la traduction. »

Les erreurs à ne pas commettre

Les principales erreurs à ne pas commettre sont les suivantes :

  • Amener de nouveaux éléments, ou des informations qui ne sont pas présentes dans l’article.
  • Ne pas détailler les abréviations employées.
  • Insérer une image, une figure ou un tableau (sauf dans le cas du résumé graphique).
  • Renvoyer à des parties de l’article.
  • Introduire des données bibliographiques qui ne sont pas directement liés à l’objet de l’article.
  • Utiliser des phrases longues et complexes.

Exemples de résumés en entier

Voici le résumé entier de l’article scientifique « Le cadrage politique et l’ethos de Justin Trudeau sur Instagram : un storytelling héroïque entre émotion et celebrity politics », disponible en ligne, suivi de sa version anglaise (abstract) :

Exemple
« Face à l’omniprésence croissante de certains acteurs politiques sur Instagram, il semble essentiel d’étudier son usage par les leaders politiques. Cet article explore la façon dont les conseillers en communication ont cadré l’ethos de Justin Trudeau sur Instagram durant sa campagne et les 100 premiers jours de son gouvernement. Dans cette optique, une méthode largement quantitative fut adoptée, consistant en une analyse de contenu catégorielle, soutenue par l’analyse de discours. Les résultats obtenus lèvent le voile sur un ethos axé sur l’authenticité, la compassion et la compétence. Justin Trudeau est présenté grâce aux stratégies reposant sur le recours au pathos et au celebrity politics, cela à travers un storytelling héroïque et positif. »

Voici son abstract (la version anglaise) :

« In the light of the growing presence of political actors on Instagram, it seems essential to tackle the use of the platform by political leaders. This article explores the way in which communication advisors have framed the ethos of Justin Trudeau on Instagram during its campaign and through the first 100 days of its government. With that purpose in mind, we have adopted a largely quantitative approach, supported by a discourse analysis. The results shed the light on an ethos based on authenticity, compassion and competence. Justin Trudeau is presented thanks to strategies based on pathos and celebrity politics, through a heroic and positive storytelling. »
Cet article est-il utile ?
Chloé Leterme

Chloé est rédactrice pour la partie “articles scientifiques” de Scribbr. Encore étudiante en lettres modernes il y a peu, elle partage ses connaissances du monde universitaire avec pédagogie afin d’aider au mieux les étudiants et doctorants.

Laissez un commentaire