Signer un article scientifique : on vous explique tout !

La signature de l’article scientifique n’est pas anodine : elle présente le ou les auteurs, les co-auteurs, et bien d’autres informations intéressantes.

Qu’est ce que la signature ? Comment organiser son contenu et comment la rédiger ? Dans cet article, nous vous aidons à y voir plus clair avec des conseils et des exemples.

Besoin d’aide ?
Scribbr offre un service de relecture et correction pour vous aider à soumettre un article prêt pour publication.

Qu’est ce que la signature d’un article scientifique ?

La signature de l’article scientifique est un élément discret qui peut paraître peu important. Pourtant, ces quelques lignes en fin d’article possèdent un rôle, une taille et une place bien déterminés.

Pourquoi signer un article scientifique ?

La signature scientifique permet de mieux connaître les auteurs : elle précise parfois leur lieu d’exercice, rôle et poste occupé.

La signature permet aussi de confirmer que l’auteur possède la propriété intellectuelle de son contenu.

Dans son ouvrage, David Pontille donne une définition de la signature :

« […] la signature est historiquement chargée d’une variété de significations, comme l’a bien montré Fraenkel (1992) : elle permet de clore un texte, de valider un document, et d’identifier des auteurs. »

En outre, elle permet aux auteurs d’être mieux connus et identifiés. Le référencement des auteurs, comme l’indice h, classe les auteurs en fonction de l’impact de leurs écrits. Les signatures peuvent aussi renseigner d’autres informations importantes (éventuels financements, co-auteurs, etc.).

La taille de la signature scientifique

La signature scientifique fait rarement plus d’un paragraphe. Plus le nombre d’auteurs et de contributeurs sera important, plus la signature sera longue. Dans la majorité des cas, les articles qui comprennent un ou deux auteurs ne font qu’une ou deux lignes.

Le saviez-vous ?

Dans certains domaines des sciences dures, il est assez courant que les articles possèdent de nombreux signataires. Par exemple, l’article ayant publié la séquence d’ADN du chromosome 11 de la levure de bière est signé par une centaine de chercheurs !

Où signer son article scientifique ?

La plupart du temps, la signature se place à la fin du contenu scientifique. Positionnée après la conclusion ou la discussion, elle est souvent suivie des remerciements. Derrière elle, on peut aussi retrouver la bibliographie et les éventuelles notes ou annexes.

Aussi, certains articles n’utilisent pas de signature scientifique et nomment les auteurs en première page, avec le titre. Ce choix dépend des auteurs et de la revue.

Les signataires de l’article scientifique

La question des signataires est parfois assez épineuse. Nous vous expliquons les différents points à connaître : qui apparaît ? comment y apparaître ? et dans quel ordre ?

Qui apparaît dans la signature ?

Les éléments à présenter dans une signature sont les suivants :

  • le ou les auteurs ;
  • le ou les co-auteurs ;
  • le ou les associés de recherche ;
  • le ou les organismes de financements de la recherche.

La plupart du temps, on y retrouve des auteurs et co-auteurs. Pour être présenté en tant qu’auteur, il faut remplir trois conditions :

  1. Avoir pris part à la conception du projet (au niveau de la méthodologie, des résultats et de l’interprétation des résultats).
  2. Avoir pris part à la rédaction de l’article, même pour une seule partie ou une première version (ou une relecture critique).
  3. Valider le résultat final et accepter d’être responsable du contenu de l’article.
Le saviez-vous ?

Les chercheurs ou doctorants peuvent utiliser un nom d’auteur qui ne corresponde pas forcément à leur véritable nom. Celui-ci doit être unique et sera utilisé tout au long de leur carrière. Dans certains cas, cela permet d’éviter les homonymes tout en rendant le chercheur connu et repérable.

L’ordre d’apparition des signataires

Cette question peut parfois être délicate. De nombreuses solutions existent afin résoudre facilement cette situation. Voici des méthodes qui permettent de décider de l’ordre d’apparition des signataires :

  • Par ordre alphabétique : c’est l’ordre le plus souvent utilisé.
  • Par ordre aléatoire : il garantit l’égalité entre les auteurs.
  • Avec les plus gros contributeurs d’abord : c’est une règle que l’on retrouve surtout dans le domaine de la psychologie.
  • En fonction du type de travail : en biologie, il est fréquent de présenter en premier ceux ayant effectué le plus de travail, et de placer celui ayant dirigé l’article en dernier
    Le saviez-vous ?

    Certains articles utilisent une note de bas de page pour expliquer le fonctionnement de cet ordre d’apparition. Cela permet de clarifier l’organisation et d’éviter tout problème ou malentendu.

    Combien de fautes dans votre document ?

    Nos correcteurs corrigent en moyenne 150 fautes pour 1 000 mots. Vous vous demandez ce qui sera corrigé exactement ? Déplacez le curseur de gauche à droite !

    Faites corriger votre document

    Rédiger la signature de l’article scientifique

    Au moment de rédiger la signature, des questions de contenu, d’organisation et de style de rédaction se posent : nous y répondons point par point.

    Le contenu et l’organisation de la signature

    Dans la signature, il est possible de trouver certaines informations :

    • le lieu de travail (adresse complète ou ville) ;
    • le nom de l’université ou du laboratoire ;
    • le statut (professeur, maître de conférences, doctorant, etc.) ;
    • les informations de contact (souvent une adresse e-mail) ;
    • la présentation des recherches et spécialisations du signataire.

    Ces éléments permettent de mieux identifier les auteurs ou co-auteurs. En ce qui concerne leur ordre d’apparition, libre à l’auteur de faire comme il le souhaite !

    Ce contenu peut donc prendre un grand nombre de formes : il est possible de développer certains éléments et d’en exclure d’autres.

    La signature de l’article : les formats et styles de rédaction

    Le style de rédaction de la signature correspond au style de rédaction scientifique.
    Son contenu doit être clair et direct : la signature occupe souvent un espace restreint. Pour l’organisation et la présentation des éléments qui la composent, chaque revue possède son propre modèle.

    Exemples
    A l’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique), il est commun de présenter le signataire selon ces règles :Institution : Acronyme sans traduire
    Unité : N° codique + Nom
    Site géographique : code postal sans cedex + ville
    Pays : Nom du pays
    Par exemple :
    INRA, UR 1043 Economie Appliquée, F‐75000 Paris, France

    Exemples de signatures d’articles scientifiques

    Voici la signature qui présente l’auteur dans l’article « Duplicité et illusion dans les familles composées par l’adoption internationale » :

    Dr Anne Loncan
    présidente de la SFTFP
    psychiatre, secrétaire générale de l’AIPCF
    et du Cercle des TFP du grand Sud-Ouest
    135, rue du Roc 81000 Albi

    Voici la présentation de l’auteur qui complète la signature de l’article « Vingt-cinq ans après Porto Alegre, où en est (l’étude de) la démocratie participative en Amérique Latine ? » :

    David Garibay est professeur de science politique à l’École de droit de l’Université d’Auvergne, rattaché au Centre Michel de L’Hospital (EA 4232). Il travaille sur les résolutions négociées de conflits armés incluant des processus de démocratisations, sur la transformation d’acteurs armés en partis politiques et leur participation en politique, à partir de cas latino-américains (en particulier Colombie et Amérique centrale). Il a coécrit avec B. Marques-Pereira, La Politique en Amérique latine (Colin, 2011), codirigé avec H. Combes et C. Goirand, l’ouvrage collectif Les Lieux de la colère (Karthala, 2015). Il est corédacteur en chef avec O. Hoffmann des Cahiers des Amériques latines.

    Voici la signature qui présente l’auteur dans l’article « Le poids des mots pour trouver sa place dans l’espace scolaire » :

    Catherine Mendonça Dias
    DILTEC EA 2288 DFLE,
    Université Sorbonne Nouvelle, Paris 3
    catherine.mendonca-dias@univ-paris3.fr

    Qu’est-ce que la signature d’un article scientifique ?

    La signature est un élément important dans tout article scientifique. Elle peut être présente sous différentes formes et présente les auteurs, co-auteurs et sources de financement.

    Quelle est la taille de la signature dans l’article scientifique ?

    La taille de la signature dépend du nombre d’auteurs que possède l’article. Aussi, elle dépend de la revue : certaines revues peuvent imposer des signatures plus ou moins longues. Dans tous les cas, la signature ne fait pas plus de quelques lignes.

    Quelle est la place de la signature dans l’article scientifique ?

    La signature est souvent placée à la fin de l’article scientifique. Elle présente le ou les auteurs ainsi que d’autres informations les concernant (université, laboratoire, etc.).

    Comment rédiger la signature de l’article scientifique ?

    Pour construire la signature, il faut réunir les informations qui la composeront, et les organiser :

    • le nom et prénom de l’auteur ou des auteurs ;
    • le lieu de travail (adresse complète ou ville) ;
    • le nom de l’université ou du laboratoire ;
    • le statut (professeur, maître de conférences, doctorant, etc.) ;
    • les informations de contact (souvent une adresse e-mail) ;
    • la présentation des recherches et spécialisations du signataire.
    Comment déterminer l’ordre des signataires d’un article scientifique ?

    Voici des méthodes qui permettent de décider de l’ordre d’apparition des signataires :

    • Par ordre alphabétique : c’est l’ordre le plus souvent utilisé.
    • Par ordre aléatoire : il garantit l’égalité entre les auteurs.
    • Avec les plus gros contributeurs d’abord : c’est une règle que l’on retrouve surtout dans le domaine de la psychologie.
    • En fonction du type de travail : en biologie, il est fréquent de présenter en premier ceux ayant effectué le plus de travail, et de placer celui ayant dirigé l’article en dernier.
    Cet article est-il utile ?
    Chloé Leterme

    Chloé est rédactrice pour Scribbr. Encore étudiante en lettres modernes il y a peu, elle partage ses connaissances du monde universitaire avec pédagogie afin d’aider au mieux les étudiants et doctorants.