Méthodologie

Lorsque l’on réalise une enquête ou un travail de recherche pour un mémoire ou une thèse, on utilise forcément certaines méthodes de recherche pour collecter des données.

L’article suivant résume l’ensemble des méthodes disponibles pour réaliser un travail de recherche, étapes par étapes, et selon les informations que vous souhaitez obtenir dans votre étude.

Qu’est-ce qu’une méthodologie de recherche ?

Le terme méthodologie représente l’ensemble des méthodes et techniques mises en place dans un domaine particulier.

Autrement dit, la méthodologie est l’ensemble des règles et des démarches adoptées par un chercheur pendant son travail de recherche pour parvenir à une ou plusieurs conclusions.

“La notion de méthodologie, en tant qu’ensemble de règles et de démarches adoptées pour conduire une recherche, si importante dans l’histoire de la structuration des disciplines scientifiques, est cruciale”. (de Mourat et al., (2015)

L’utilité de la méthodologie

La méthodologie permet à l’étudiant d’avancer dans la réalisation de son étude, grâce à des méthodes d’enquête et des outils analytiques.

La méthodologie de travail mise en place permet de guider l’étudiant depuis ses premières recherches jusqu’à sa conclusion finale.

Les différents types de méthodologies

Pour collecter des données, il existe plusieurs méthodes de recherche dont l’étudiant peut se servir

1. La recherche transversale

Une analyse transversale est méthode de recherche consistant à observer une population dans sa globalité à travers un échantillon représentatif de personnes à un instant précis. Cette recherche vise donc à réaliser une coupe transversale de la population étudiée pour pouvoir analyser plus précisément un sujet ou un phénomène particulier.

2. La recherche expérimentale

Comme son nom l’indique, la recherche expérimentale a pour but de tester à l’aide d’hypothèses, diverses théories. Grâce aux recherches et aux expériences effectuées, le chercheur peut valider ou invalider ses hypothèses en faisant varier certains paramètres dans son expérience.

3. La recherche en laboratoire

La recherche en laboratoire ne consiste pas juste à une enquête menée comme on peut le penser, dans un laboratoire scientifique.

Elle aborde un spectre plus large : elle représente une structure sociale donnant un cadre de travail aux chercheurs, autant dans les sciences comme la physique, que dans les sciences sociales, qui possèdent elles aussi leurs laboratoires de recherche comme le CNRS. Une recherche en laboratoire est donc un lieu social où un chercheur exerce son métier de recherche dans un cadre donné.

4. La recherche d’observation

Cette recherche consiste à baser son enquête uniquement sur l’observation sur une longue période du phénomène ou du sujet étudié. Plus qu’un outil de l’étude qualitative, l’observation peut à elle seule permettre de réaliser une recherche complète. Le chercheur collecte ainsi des données grâce à ses observations sur le terrain.

5. La recherche relationnelle

La recherche relationnelle est une enquête réalisée à travers les travaux de plusieurs chercheurs unissant leurs forces pour mener à bien une étude. Les conclusions émanent de résultats transversaux issus du travail des différents chercheurs.

6. La recherche test

Ce type de recherche se base comme son nom l’indique sur un ensemble de tests grandeur nature, qui viennent confirmer ou infirmer des hypothèses de recherche. Cette recherche met ainsi en place différentes méthodes pour différents tests jusqu’à trouver le résultat souhaité.

7. La recherche descriptive

L’intérêt de cette recherche est de pouvoir décrire précisément le phénomène étudié. Pour permettre d’établir une description précise, cette recherche demande à son enquêteur de collecter un grand nombre de données informatives à partir du phénomène ou du sujet que celui-ci étudie.

8. La recherche exploratoire

La recherche exploratoire vise à explorer le phénomène ou le cadre du sujet que l’on étudie. Cette recherche porte le plus souvent sur un sujet où l’on n’a que peu de connaissances.

9. La recherche quantitative

L’étude quantitative permet au chercheur d’analyser des comportements, des opinions, ou même des attentes en quantité. L’objectif est souvent d’en déduire des conclusions mesurables statistiquement, répertoriées dans un tableau statistique ou un graphique.

10. La recherche longitudinale

Une étude longitudinale vise à étudier une population ou un groupe de personnes dans le temps à partir d’un évènement ou d’un élément de départ. Le but est d’analyser au fil du temps l’évolution d’une situation au long terme. Les études longitudinales sont régulièrement utilisées dans des disciplines comme la sociologie, la psychologie, ou la démographie.

11. L’étude pilote

Une étude pilote, ou projet pilote, vise à réaliser une étude préliminaire à petite échelle pour permettre de déterminer sa faisabilité, son coût, son temps, afin d’amorcer au mieux une enquête similaire à échelle réelle.

12. La recherche de réplication

La recherche de réplication est le processus consistant à établir une réplique d’un contenu précis. La recherche de réplication se définit ainsi par le travail du chercheur visant à reproduire un fait ou un phénomène étudié. À travers la reproduction de l’objet étudié, le chercheur peut collecter des informations plus pertinentes.

13. La recherche appliquée

La recherche appliquée sert aux chercheurs pour leur apporter des connaissances nouvelles sur un sujet ou un phénomène précis. À travers des travaux originaux, et à l’inverse de la recherche fondamentale, la recherche appliquée se dirige vers un but ou un objectif précis.

14. La recherche documentaire

La recherche documentaire consiste à collecter des informations par rapport à son sujet de recherche à partir de sources fiables. Selon son sujet, l’enquêteur sélectionne les documents les plus pertinents, susceptibles de lui apporter des informations essentielles pour l’avancement de sa recherche.

15. La recherche fondamentale

En se basant sur des travaux théoriques ou encore expérimentaux, la recherche fondamentale permet d’acquérir de nouvelles connaissances à partir de phénomènes ou faits observables. À l’inverse de la recherche appliquée, le but de la recherche fondamentale n’est pas forcément de mettre en application les résultats obtenus.

16. La recherche qualitative

La recherche qualitative est une étude permettant d’analyser et de comprendre des phénomènes, des comportements de groupe, des faits ou des sujets. L’objectif est d’obtenir des données de fond en se concentrant sur des interprétations, des expériences et leur signification.

17. La recherche de masse ou d’enquête

La recherche de masse (également enquête de masse) permet aux chercheurs d’étudier un phénomène de société à grande échelle. On parle ici de milliers d’individus. Pour ce faire, l’enquête utilise des méthodes pour simplifier la recherche, comme l’application de sondage ou de questionnaire réalisé à partir d’un échantillon représentatif de la population étudiée. Ce type de recherche est régulièrement utilisée en sciences sociales.

18. La recherche prospective

La recherche prospective invite le chercheur à établir des scénarios par rapport à son sujet de recherche. Son enquête et les données informatives collectées doivent ensuite lui permettre de valider ou d’invalider les différents scénarios décrits avec plus de précisions que de simples hypothèses.

19. La recherche rétrospective

La recherche rétrospective est un type de recherche documentaire qui porte sur un sujet précis à partir d’une date ou d’une période chronologique définie. La recherche vise à étudier un sujet ou un phénomène dans une période écoulée.

20. La recherche comparative

L’étude comparative se définit comme un outil analytique reposant sur une collecte des données d’au moins deux entités ou groupe d’entités. L’analyse consiste à comparer les différentes données récoltées pour parvenir à établir une conclusion apportant des enseignements notables par rapport au sujet de l’enquête.

L’étude comparative peut être définie comme un outil d’aide à la décision qui repose sur un travail de collecte, d’analyse et de comparaison d’informations avec une finalité donnée. Or toutes les analyses comparatives ne poursuivent pas les mêmes finalités, et ce faisant elles n’impliquent pas toutes le même degré de difficultés de collecte de l’information. C’est pourquoi, il convient à titre préalable, d’appréhender les différentes réalités que peut recouvrir la notion d’analyse comparative afin de cerner la méthodologie à suivre dans le cadre particulier de notre étude.

Comment mener une étude empirique avec une méthodologie de recherche ?

L’étude empirique permet de collecter des données et de réaliser une enquête sur un sujet ou un phénomène à étudier.

Lorsque qu’un étudiant se trouve au tout début de son étude empirique, il doit s’assurer de bien connaître son sujet.

Cela lui permettra de s’orienter vers les bonnes méthodes de recherche et les bons outils qui lui permettront d’obtenir des informations pertinentes.

Pour cerner les enjeux de son sujet d’études, l’étudiant peut :

  • réaliser une étude documentaire ou une recherche littéraire ;
  • faire appel à la méthode inductive ou à la méthode déductive.

Après avoir cerné les attentes son sujet, l’étudiant pourra :

Recherche documentaire ou littéraire

La recherche documentaire et la recherche littéraire permettent à l’étudiant de prendre connaissance des travaux de recherche et autres articles, décrets de lois, travaux universitaires, à propos de son sujet. Dans le but d’établir une base de connaissances dont il peut s’inspirer ensuite.

Grâce à une meilleure maîtrise du sujet, ce travail permettra par la suite de formuler des hypothèses et une problématique pertinentes.

Méthode inductive et méthode déductive

La méthode inductive et la méthode déductive permettent de structurer une enquête.

À travers la démarche inductive, l’étudiant étudie des faits, des données brutes réelles et observables, qui vont lui apporter des informations par rapport à son enquête.

La démarche déductive part elle d’hypothèses à valider ou invalider qui guideront là aussi le futur travail de l’étudiant.

La méthode inductive ou la méthode déductive aident ainsi l’étudiant dans son début d’enquête. Elles lui donnent des pistes pour savoir comment structurer son enquête, à partir de ses recherches inductives (sur des faits réels) ou déductives (à partir d’hypothèses).

Formuler des hypothèses

Après avoir réalisé des recherches préliminaires lui permettant de maîtriser son sujet, l’étudiant peut formuler des hypothèses de travail.

Ce sont ces hypothèses qui guideront son étude empirique : après avoir mené son enquête, l’étudiant pourra en effet valider ou invalider ses hypothèses pour tirer des enseignements par rapport au sujet ou au phénomène étudié.

Réaliser un échantillonnage

Avant de choisir le type d’étude (qualitative ou quantitative) que vous allez choisir pour répondre à vos hypothèses et à votre problématique, il est important de cibler les personnes susceptibles de vous apporter des informations pertinentes, c’est ce qu’on appelle l’échantillonnage.

Cette démarche permet d’étudier une partie sélectionnée pour établir des conclusions applicables à un tout.

Ainsi, si votre sujet d’enquête porte sur une étude d’un phénomène très précis, explicable par seulement quelques professionnels du secteur, il sera intéressant de mener une étude qualitative pour collecter des informations émanant d’une argumentation et de l’explication de fait.

Exemple
Sujet de mémoire sur l’évolution de la pollution aux particules fines en Île de FranceLa population ne pourra pas apporter d’informations pertinentes sur ce sujet avec un sondage ou un questionnaire. Il s’agit donc ici d’interroger un ou plusieurs experts sur ce sujet technique. Ils pourront, eux, argumenter lors d’entretiens en avançant des faits scientifiques.

Grâce à l’échantillonnage, l’étudiant comprend dès lors qu’il doit chercher à obtenir des données informatives argumentées, il se tourne donc vers l’étude qualitative.

En revanche si votre sujet d’enquête porte sur l’étude d’un phénomène général auquel une population est confrontée, l’échantillonnage sera large puisqu’il concerne tout le monde. Dès lors il pourra être intéressant de mener une étude quantitative afin de quantifier le phénomène avec des données statistiques.

Exemple
Sujet : L’évolution du pouvoir d’achat des FrançaisFace à ce sujet très général, l’étudiant peut aller chercher des informations pertinentes en interrogeant la population française. Grâce à des données statistiques quantifiables, l’étudiant chercheur peut apporter des informations importantes par rapport à son sujet de recherche. L’étude quantitative sera donc conseillée dans ce cas-làLe but de l’échantillonnage est donc de cerner qui sont les personnes susceptibles d’apporter des informations pertinentes pour votre sujet d’études.

Collecter des données

Une fois que l’étudiant a sa problématique, ses hypothèses, et qu’il a défini quelles personnes peuvent lui apporter des réponses pour la partie empirique de son mémoire, il peut s’orienter pour sa collecte des données vers :

  • l’étude qualitative, s’il cherche à trouver des informations qualitatives basées sur une argumentation descriptive interprétable par des mots.
  • l’étude quantitative, s’il cherche à trouver des informations quantifiables, qui peuvent être analysées grâce à des statistiques.

Chacune des deux méthodes possède plusieurs outils spécifiques permettant de collecter des informations précises.

L’étude qualitative dans une méthodologie de recherche

Pour mener une étude qualitative, l’étudiant a le choix entre plusieurs outils.

Les outils de recherche de l’étude qualitative

  • L’entretien est une technique régulièrement utilisée pour mener une étude qualitative, car étant très efficace pour collecter des données informatives. Pour préparer un entretien, l’étudiant chercheur doit rédiger au préalable un guide d’entretien. Cet outil s’avère très utile pour cadrer un entretien à venir, et définir les questions et/ou les thèmes à aborder. Il peut prendre 3 formes différentes :
    • L’entretien directif : l’échange avec la personne est très cadré : ordre des questions, formulation, durée de l’entretien, tout est préparé à l’avance et ne peut être changé.
    • L’entretien semi-directif : ce type d’échange est préparé à l’avance avec des questions et des thèmes prédéfinis. Cependant, l’enquêteur peut relancer son interlocuteur pour approfondir un élément soulevé.
    • L’entretien libre : pour ce type d’échange, seuls les thèmes de l’entretien peuvent être préparés à l’avance. L’enquêteur pose une question large et laisse la personne argumenter comme il le souhaite autour de cette interrogation. 
  • L’observation : est une seconde technique également très utilisée pour parvenir à collecter des informations, notamment dans le cadre de recherches en Sciences sociales. Elle peut prendre 4 formes différentes :
    • Participante : l’enquêteur fait partie du contexte dans lequel le comportement d’un individu ou d’un phénomène est étudié. Il peut interagir avec la ou les personnes présentes.
    • Non participante : l’enquêteur est exclu du cadre social étudié. Il n’est pas vu par le/les individu(s) observé(s) et peut avoir recours à des images vidéo.
    • Structurée : ce type d’observation comporte des règles strictes et définies au préalable dans un schéma d’observation (l’équivalent du guide d’entretien)
    • Non structurée : l’enquêteur recueille autant d’informations possibles sans schéma d’observation. L’intérêt de cette observation est de réaliser un rapport narratif du comportement observé.
  • Le focus group : est une méthode d’entretien de recherche qui permet d’interroger une dizaine de personnes réunie. Cet outil analytique permet de collecter des informations à travers l’émergence de plusieurs opinions concordantes ou discordantes dans le groupe de discussion.
  • L’enquête de terrain : est une méthode de recherche fréquemment utilisée et avec laquelle vous entrez vous-même dans le champ pour collecter des données. La recherche sur le terrain peut être utilisée comme méthode de recherche et de collecte de données pour votre mémoire.

L’étude quantitative dans une méthodologie de recherche

Pour mener une étude quantitative, l’étudiant chercheur a le choix entre plusieurs outils :

Les outils de recherche de l’étude quantitative

  • Le questionnaire : cette technique de collecte de données quantifiables se présente sous la forme d’une série de questions posées dans un ordre bien précis. Le questionnaire permet d’obtenir des résultats statistiques sous forme de tableau ou de graphique, à exploiter pour en tirer des conclusions.
  • Le sondage : permet de mesurer un ensemble de comportements, de dispositions, ou d’avis, d’un échantillon représentatif de la population étudiée.

À partir d’une seule question posée, cette technique d’étude quantitative met en relief la façon dont les opinions individuelles se répartissent.

Méthodologie de recherche : les autres méthodes d’analyse

Au-delà des traditionnels outils de l’étude qualitative ou de l’étude quantitative, il existe d’autres outils analytiques qui permettent de collecter des informations :

L’analyse de politique publique

L’analyse des politiques publiques est une étude de l’action publique, autrement dit, une étude de l’action de l’État.
Analyser les politiques publiques revient à comprendre pourquoi le gouvernement ou le Parlement agissent d’une certaine façon dans ce qu’ils considèrent être l’intérêt de la nation.

Cette méthode d’analyse permet elle aussi de collecter d’éventuelles informations à propos d’un sujet ou d’un phénomène.

L’analyse de discours

L’analyse de discours est une approche multidisciplinaire qualitative et quantitative. Cette méthode permet d’étudier un discours de façon précise.

Cette analyse doit également permettre de faire émerger les éléments-clés d’un discours, ou de révéler des points de comparaison ou de divergences entre plusieurs discours ou entretiens réalisés par l’étudiant.

L’étudiant peut ainsi collecter des informations utiles pour ses recherches.

L’étude de cas

L’étude de cas est une étude approfondie d’un fait, d’un sujet, d’un phénomène, d’une institution ou d’un groupe de personnes.

Elle permet d’apporter des informations qualitatives à travers une étude spécifique d’un cas déterminé.

L’étude de cas peut être utilisée dans le cadre d’un cours ou bien pour collecter des informations à travers une analyse précise, pour un travail de recherche.

La recherche-action

La recherche-action est une méthode d’analyse régulièrement utilisée pour collecter des informations lors de travaux de recherche.

Cette technique demande de rester en contact avec le terrain et la réalité. Son objectif est d’apprendre à identifier des besoins ou problèmes. Puis d’établir une stratégie permettant d’atteindre des objectifs de changement en réponse aux problèmes observés.
En somme, la recherche-action consiste à trouver des solutions face aux problèmes soulevés par des recherches concrètes.

Certains outils sont particulièrement utiles lorsque l’on réalise un travail de recherche en management ou en économie, ou plus particulièrement lorsqu’on étudie une entreprise (son management, sa stratégie, son marché) :

La pyramide de Maslow

L’outil le plus utilisé pour connaître et catégoriser des besoins (besoins d’un individu) est la pyramide de Maslow.

Cette méthode hiérarchise en effet les différents types de besoin de l’individu et permet de cerner les motivations du consommateur.

Elle permet ainsi de collecter des informations par exemple sur l’évolution des besoins des consommateurs.

L’analyse PESTEL

L’analyse PESTEL permet d’analyser les opportunités et les menaces dans l’environnement d’une entreprise.

Pour ce faire elle analyse différents facteurs macroéconomiques qui peuvent avoir une influence sur l’environnement d’une entreprise.

Cette méthode analytique s’avère utile, notamment pour établir un diagnostic d’une activité, d’une entreprise, ou d’une stratégie d’entreprise particulière.

La matrice SWOT

La matrice SWOT est un outil d’analyse de stratégie d’entreprise. Elle permet de poser un diagnostic sur un projet à venir, un produit, une reprise d’entreprise, ou encore un projet marketing.
La matrice SWOT cherche ainsi à identifier les facteurs internes et externes jugés favorables ou défavorables pour l’entreprise.

La matrice met ainsi en relief les Forces (Strengths), les Faiblesses (Weaknesses), les Opportunités (Opportunites) et les Menaces (Threats).

Les 5 forces de Porter

La méthode d’analyse de marché des 5 forces de Porter étudie différents facteurs sur lesquels une entreprise peut agir pour optimiser son avantage concurrentiel.

Cet outil permet aux professionnels comme aux étudiants de réaliser une étude précise d’une entreprise et de son marché.

Méthodologie de recherche : analyser les résultats d’une enquête

Après avoir mené son enquête, l’étudiant chercheur doit analyser les résultats obtenus pour proposer une conclusion.

Selon l’étude menée, qualitative ou quantitative, les résultats ne prendront pas la même forme.

Résultats de recherche pour une étude qualitative

Les résultats d’une étude qualitative s’expriment par des mots.

La conclusion reprend les diverses informations collectées par l’intermédiaire des outils de l’étude qualitative.

Le chercheur présente ses résultats avec des mots, autour d’une argumentation construire à partir de sa propre analyse.

Résultats de recherche pour une étude quantitative

Les résultats d’une étude quantitative s’expriment par des données chiffrées.

L’étudiant chercheur présente à travers un tableau statistique ou à l’aide d’un ou plusieurs graphique(s), les données chiffrées obtenues au cours de son enquête.

Celui-ci peut accompagner l’établissement de son tableau et de son graphique, d’un paragraphe relatant les principaux enseignements de son étude quantitative.

Établir une discussion des résultats obtenus

Cette étape de travail arrive après l’annonce de la conclusion.

Elle a pour but de :

  • confirmer ou infirmer vos hypothèses de travail et la validité de vos recherches ;
  • structurer vos conclusions finales ;
  • distinguer la limite de vos résultats ;
  • évoquer de nouveaux travaux de recherche en guise d’ouverture.

Pour parvenir à cela, l’étudiant doit proposer une discussion de ses résultats. C’est à dire annoncer les difficultés rencontrées lors de son enquête, expliquer les limites de son propre travail de recherche, et proposer une ouverture par rapport à son étude.

En conclusion : s’atteler à la rédaction d’un mémoire est souvent un travail fastidieux.

En organisant sa méthodologie de travail et en s’aidant de l’ensemble des outils analytiques à disposition pour collecter des informations, l’avancée de l’enquête peut se faire de façon plus sereine. C’est d’ailleurs là le but premier d’une méthodologie de travail.

Cet article est-il utile ?

Rendre un mémoire sans fautes d'orthographe ?

Obtenez l'aide d'un correcteur professionnel Scribbr.
Correction : nos Services & Prix
Un score Trustpilot de 9.8

Autres articles intéressants