Focus group – qu’est-ce qu’un groupe de discussion exactement ?

Un groupe de discussion (ou focus group) est une méthode de recherche qualitative dans laquelle un groupe de personnes est réuni pour discuter d’un sujet prédéterminé.

Un focus group est donc une sorte d’interview à laquelle plusieurs répondants participent en même temps. Le chercheur pose des questions au groupe et facilite la discussion. L’objectif d’un groupe de discussion est de collecter des données.

Pour quel type de recherche les focus groups sont-ils utilisés ?

Initialement, les groupes de discussion étaient principalement utilisés pour les études de marché (en plus des entretiens et des sondages). À partir des années vingt, il est devenu clair que les consommateurs prennent de nombreuses décisions dans un contexte social. Une étape logique consistait donc à interroger ces consommateurs en groupe sur leurs préférences et à tester leurs réactions face aux produits en groupe.

De nos jours, les groupes de discussion sont utilisés dans presque tous les domaines de la recherche sociale : par exemple dans la recherche politique (comment les gens réagissent à des politiques particulières ?) ou dans la santé (comment les patients éprouvent-ils les effets secondaires de leurs médicaments ?).

Avantages et inconvénients d’un focus group

Avantages d’un focus group

  • C’est une méthode efficace pour collecter des données qualitatives. Vous interviewez différents répondants en même temps.
  • Une sorte de contrôle de la qualité a déjà lieu pendant le groupe de discussion. Les répondants se questionnent, se contredisent et fournissent des arguments sur leurs opinions.
  • En raison de la dynamique de groupe, l’accent est souvent mis sur les principaux aspects de la discussion.
  • Il est facile de voir dans quels domaines les répondants sont ou ne sont pas d’accord entre eux.
  • Les répondants trouvent souvent les discussions de groupe amusantes et intéressantes.
  • La recherche par groupe de discussion est relativement peu coûteuse et flexible.
  • Les sujets tabous sont souvent plus accessibles dans un groupe de discussion, car les répondants peuvent avoir des expériences similaires et donc être plus enclins à s’ouvrir pour en parler.

Inconvénients d’un focus group

  • Le nombre de questions auxquelles il est possible de répondre est limité. En moyenne, un maximum de dix sujets par heure sont discutés.
  • Pour mener une discussion de groupe, beaucoup d’expertise est requise.
    L’intervieweur doit avoir une bonne compréhension de la dynamique de groupe. Il est possible que certaines personnes parlent beaucoup et que d’autres se tiennent à l’écart. Les données que vous collectez de cette manière ne sont pas représentatives de l’ensemble du groupe.
  • Il est possible que des conflits surviennent entre différents membres du groupe (pensez aussi à des luttes de pouvoir ou à la recherche de statut au sein du groupe).
  • Le risque que vos répondants donnent des réponses socialement désirables est plus grande que dans les entrevues individuelles.
  • La confidentialité entre les membres du groupe peut être un point complexe. En tant que chercheur, vous ne pouvez pas garantir que tout ce qui a été discuté restera au sein du groupe.
  • Les résultats d’un focus group ne sont généralement pas généralisables (la validité externe est donc faible).

Besoin d'aide sur la structure de votre mémoire ?

Le service de vérification de la structure de Scribbr peut vous aider :

  • Suppression des répétitions
  • Amélioration des titres et sous-titres
  • Conseils sur la structure en commentaire
  • Rapport sur vos problèmes de structure

Plus d'infos

Comment déterminer la composition d’un focus group ?

La composition de votre focus group dépend, bien sûr, de votre objectif de recherche et de la disponibilité des répondants.

Habituellement, la taille varie de huit à dix répondants, mais dans certains cas, des groupes plus petits sont également utilisés.

Un focus group homogène ou hétérogène ?

Vous pouvez opter pour un groupe homogène ou hétérogène.

Au sein d’un groupe homogène, vos répondants ont des antécédents, un poste ou une expertise comparables. Vous cherchez des répondants semblables. La communication mutuelle est donc souvent relativement facile et les répondants se sentent plus en sécurité pour exprimer leurs idées.

Il y a cependant un risque de « réflexion de groupe », dans lequel les répondants ne s’interrogent pas mutuellement de façon critique et les énoncés sont fondés plus rapidement sur des hypothèses.

Avec un groupe hétérogène, vous recherchez la diversité. Vos répondants ont des antécédents différents, ce qui signifie que les opinions diffèrent souvent. Ces différences peuvent mener à des discussions intéressantes, et les membres du groupe sont souvent amenés à prendre également d’autres points de vue. Avec un groupe hétérogène, il est important que vous, en tant que chercheur, soyez attentif au fait que tout le monde se comprenne et que certaines perspectives ne deviennent pas trop dominantes.

Le focus group comme méthode de recherche pour votre mémoire

Au moyen d’un focus group, vous pouvez recueillir beaucoup de données intéressantes. Pourtant, cette méthode de recherche qualitative ne convient pas à tout le monde. Vous avez besoin de beaucoup de compétences et devez bien connaître votre sujet.

Si vous n’avez jamais fait passer d’entretiens ou si votre sujet est encore relativement nouveau, vous pourriez envisager de choisir une autre méthode. Dans une étude à petite échelle, les entretiens individuels peuvent être plus appropriés. Si vous allez écrire un mémoire pour lequel vous devez faire des recherches approfondies, et s’il est intéressant que vos répondants discutent également entre eux, les focus groups peuvent convenir.

Cet article est-il utile ?
Justine Debret

Justine est responsable du marché français. Elle était étudiante il y a peu et est là pour s'assurer que vous ayez tout le soutien nécessaire à votre réussite académique.

2 commentaires

Fatima
27 septembre 2018 à 05:06

Votre article m'aide sûrement mais comment faire pour traiter les données

Répondre

Julia
Julia (Scribbr-team)
27 septembre 2018 à 12:03

Bonjour Fatima,

Malheureusement nous ne pouvons pas répondre précisément à votre question. Mais je vous invite à lire un article qui pourrait vous apporter des éléments de réponse :
https://www.erudit.org/en/journals/rfdi/2013-v24-rfdi01067/1021266ar/

Bonne continuation,

Julia

Répondre

Laissez un commentaire