Entretien directif : définition, caractéristiques, étapes et exemples

Étudiants ou professionnels, tous peuvent être amenés à choisir l’entretien directif pour construire un travail de recherche.

L’article vous présente et explique l’entretien directif de manière complète.

L’entretien directif : définition générale et caractéristiques

L’entretien directif (ou “entretien normalisé”) est une méthode de collecte de données à mi-chemin entre l’étude qualitative et l’étude quantitative. Le chercheur dirige es individus interrogés tout au long de l’échange et pose des questions à réponses courtes ou fermées. Elles prennent souvent la forme d’un questionnaire.

La structure et l’efficacité d’un entretien directif reposent sur une préparation rigoureuse et un guide d’entretien précis doit être rédigé.

L’entretien directif se distingue de l’entretien semi-directif et de l’entretien libre (ou non-directif), car il est un questionnaire plus qu’une interview : il n’y a pas de dialogue entre le chercheur et la personne interrogée.

Les caractéristiques de l’entretien directif

Les questions sont spécifiques et fermées. Il peut s’agir :

  • D’un questionnaire à réponses fermées (avec “oui” ou “non”).
  • D’un QCM.

L’entretien directif peut s’effectuer de différentes manières :

  • Face-à-face
  • E-mail
  • Réseaux sociaux
  • Téléphone

Lors de l’entretien directif, vous devrez absolument respecter :

  • L’ordre des questions.
  • La formulation des questions.
  • La durée de l’entretien.

Ces caractéristiques permettent de garantir que tous les individus interrogés, le seront dans les mêmes circonstances. Grâce à cette rigueur scientifique, les résultats seront plus facilement comparables et une analyse statistique des données sera possible (ce que les entretiens semi-directif et non-directif ne permettent pas).

Avec les entretiens directifs, vous pourrez atteindre la saturation théorique. Il s’agit d’un seuil à partir duquel vous n’obtiendrez plus de nouvelles informations en interrogeant de nouvelles personnes. Cela signifie que vous aurez interrogé assez de personnes pour couvrir votre sujet.

En résumé, l’entretien directif…

  • Est à mi-chemin entre l’étude qualitative et l’étude quantitative.
  • Utilise le questionnaire ou le QCM pour récolter des informations précises.
  • Utilise un questionnaire qui peut être effectué en face-à-face, envoyé par e-mail ou par téléphone.
  • Doit respecter l’ordre et la formulation des questions pour tous les entretiens.
  • Doit respecter la même durée pour chaque entretien.
  • Permet d’obtenir des résultats qui peuvent être analysés de façon statistique.

Entretien directif : ses avantages et limites

Quel type d’entretien sera le plus efficace pour récolter un maximum d’informations par rapport à votre sujet de départ ? C’est la question que vous devez vous poser avant de choisir votre type d’entretien.

Il est intéressant d’étudier les points forts et faibles de l’entretien directif.

AvantagesLimites
  • Permet de quantifier certains aspects d’un phénomène.
  • Questionnaire et QCM établissant une analyse statistique des données récoltées (l’entretien semi-directif et libre ne le permettent pas).
  • Les questions sont les mêmes pour l’ensemble des entretiens donc il ne faut préparer qu’un seul guide d’entretien.
  • En envoyant le questionnaire par e-mail, l’étudiant gagne du temps et analyse les résultats plus rapidement.
  • Moins de stress pour l’étudiant lors de l’entretien qui peut être mené par téléphone ou par e-mail.
  • Pas de dialogues entre les deux individus et impossible de relancer la personne avec une nouvelle question (ce qui est possible avec un entretien semi-directif).
  • Les réponses de l’entretien directif évoquent la forme d’un sujet ou d’un problème, sans évoquer le fond.
  • La personne interrogée ne peut pas clairement exprimer son opinion. Si l’on interroge un individu très qualifié sur le sujet étudié, mieux vaut choisir un autre type d’entretien pour récolter des informations plus précises.

Comment préparer un entretien directif ?

La phase de préparation d’un entretien directif est essentielle, voir même plus importante encore, que l’entretien en lui-même.

La qualité de la conclusion de votre entretien directif repose sur la bonne élaboration de votre questionnaire et le choix judicieux de l’échantillon interrogé.

Les questions posées devront être détaillées au préalable et de façon très précise dans votre guide d’entretien.

A. Définir le bon échantillon

Pour mener des entretiens directifs exploitables, il faut définir un échantillon pertinent.

  • Pour définir la taille votre échantillon, préférez la qualité à la quantité : N’interrogez que les personnes susceptibles de faire partie du groupe que vous voulez étudier.
    Exemple

    Si vous voulez étudier l’avis des végétariens en France sur le véganisme croissant, inutile d’interroger votre voisin omnivore ou votre correspondant américain. Par ailleurs, si votre sujet s’attache à un sujet de société qui peut concerner tous les Français, votre échantillon devra essayer de représenter la population entière (51,6 % de femmes et 48,4 % d’hommes par exemples).

  • Établissez un échantillon pertinent : si l’avis de votre petit frère de 10 ans n’est pas utile, assurez-vous néanmoins de posséder un nombre minimum de réponses. La validité de vos résultats statistiques repose dessus. On estime qu’un échantillon d’au moins 500 personnes qui répondent à un questionnaire est plutôt intéressant, notamment s’il s’agit d’une recherche pour un mémoire.
  • Ciblez votre échantillon : le choix de l’échantillon est très important. Il doit être représentatif de la population. Pour un mémoire sur le phénomène du végétarisme, essayez de ne pas interroger que des personnes proches de la pensée écologiste. Les résultats statistiques n’auraient aucune valeur.
Une fois tout cela fait et que vous savez qui vous devez interroger, n’oubliez pas d’ajouter les questions qui vous permettent de définir votre échantillon statistiquement au début de votre questionnaire.

Exemple

Pour votre questionnaire sur l’avis des végétariens sur le véganisme, vous devez commencer le questionnaire par :
1. Êtes-vous un homme ou une femme ? Homme Femme
2. Quel est votre âge ?    __ ans
3. Vivez-vous en secteur urbain ou rural ? Urbain Rural

B. Préparer son questionnaire en 5 étapes

Après avoir défini l’échantillon et les questions qui y sont liées, vous devez établir le questionnaire de votre entretien directif. Ce travail s’effectue en cinq étapes :

  • Se poser les bonnes questions : quelle forme doit prendre mon entretien ? Un questionnaire “oui/non” ou un QCM ?
  • Étudier le sujet en question : assurez-vous de maîtriser un minimum votre sujet, afin de construire un questionnaire pertinent. Votre connaissance du sujet permettra de définir l’angle que prendra votre questionnaire.

    Exemple

    Pour un mémoire portant sur l’évolution du mouvement végétarien en France, l’étudiant travaille son sujet à travers diverses lectures. Ces connaissances lui permettent d’axer son questionnaire sur un fait précis de ce sujet comme par exemple l’impact écologique de ce mouvement.

  • Commencer la rédaction du questionnaire : rédiger les différentes questions dans votre guide d’entretien. Vérifier que celles-ci soient fermées et amènent des réponses courtes.
  • Classer les questions dans un ordre précis : une fois vos questions rédigées, vous pouvez les déplacer afin de créer un questionnaire cohérent. Proposez les interrogations de la plus générale à la plus précise. Les questions doivent s’enchaîner entre elles pour la fluidité de l’entretien.
  • Relire et tester son questionnaire : prenez le temps de le relire votre travail. Ajuster les questions, faites en sorte qu’elles soient courtes et simples de compréhension. Tester le questionnaire auprès d’un proche qui ne participera pas à l’entretien.

C. Préparer le matériel de l’entretien directif

L’entretien directif ne demande pas un matériel très élaboré. Accessible à tous, il se résume à ces quelques éléments :

  • Un guide d’entretien comportant les questions de l’entretien.
  • Un lien Google forms à partager sur des groupes Facebook.
  • Un ordinateur (tableur Excel) et une adresse e-mail pour l’envoi de questionnaires quantitatifs.
  • Des stylos, un carnet et un microphone, si l’entretien directif est effectué en face-à-face.

Mener l’entretien directif

Après avoir préparé votre entretien directif, vous voilà prêt à vous lancer dans les meilleures conditions.

Les entretiens directifs par e-mail

Si vous avez choisi de mener des entretiens directifs par e-mail :

  1. Envoyez votre questionnaire aux personnes de votre échantillon : résumez en quelques mots le cadre de votre travail de recherche. Établir une date butoir pour la restitution du questionnaire.
  2. Réceptionnez les questionnaires : tenir à jour l’avancement des réponses reçues. N’attendez pas la veille du dernier jour pour regarder combien de questionnaires ont été renvoyés. En étant prévoyant, cela vous permet de relancer les retardataires.
  3. Stockez les réponses : après réception des réponses au questionnaire, stockez les données reçues. Vous pouvez dès à présent commencer à analyser les résultats à travers une première lecture. Cela peut vous permettre de faire émerger une première tendance dans les réponses.

L’entretien directif en face-à-face (ou par téléphone)

Si vous souhaitez mener un entretien directif en face-à-face, il est important de respecter 4 étapes clés :

  1. Préparation et installation du matériel : sortez votre carnet et vos stylos. Allumer votre ordinateur si vous notez les résultats dans un tableur. Si vous enregistrez l’entretien, assurez-vous que votre matériel fonctionne.
  2. Présentation rapide de votre travail et des règles de l’entretien : présentez en quelques phrases le cadre de votre travail pour que la personne interrogée comprenne le contexte de l’entretien. Expliquez la forme de l’entretien : réponses courtes et durée limitée.
  3. Commencer et mener l’entretien : posez les questions rédigées à l’avance dans votre guide d’entretien. Prenez en notes les réponses données. À noter que l’entretien directif en face-à-face permet d’analyser le comportement de la personne dans les réponses qu’il donne. Ce que ne permet pas l’entretien directif par e-mail.
  4. Conclure l’entretien : arrivé au bout de votre questionnaire, remerciez votre interlocuteur. Il est possible de continuer la discussion de façon moins formelle pour obtenir des informations sur un sujet précis. Ces informations ne figureront pas dans la conclusion de votre entretien directif.

L’entretien directif sur les réseaux sociaux

  1. Créer un document Google Forms : cette application vous permet de créer un questionnaire et de récolter un grand nombre de données.
  2. Rédiger son questionnaire : écrire vos questions de façon claire et directe. Le grand public, qui n’a pas suivi vos recherches sur le sujet, doit être capable de comprendre vos questionnements.
  3. Poster le questionnaire : partagez à vos proches le document, grâce à vos réseaux sociaux (Facebook, Twitter, LinkedIn, …).
  4. Analyser les données récoltées : grâce à votre document Google Forms, vous pouvez analyser un grand nombre de données informatives pour établir votre conclusion.
    Quelques conseils sur l’attitude à adopter

    L’attitude à adopter lors d’un entretien directif n’est pas la même que pour un entretien semi-directif ou libre. Il faut se sentir dans la peau d’un scientifique, plus que dans celle d’un enquêteur.

    Vous devez :

    • Adopter une attitude neutre.
    • Être attentif aux réponses données.
    • Noter les réponses sans exprimer un accord ou un désaccord.
    • Vous ne devez pas :
    • Poser de nouvelles questions.
    • Donner votre avis personnel.
    • Être empathique.

      Analyser les données d’un entretien directif

      Il s’agit désormais d’exploiter et d’analyser les données récoltées lors de l’entretien directif pour rédiger la conclusion de votre étude.

      1. Reprendre les résultats, réécouter le/les entretien(s) : si vous avez enregistré l’entretien en face-à-face, il peut être utile de le réécouter. Reprenez l’ensemble des résultats pour établir une première lecture générale.
      2. Établir un tableau ou un graphique : si vous avez effectué plusieurs entretiens directifs avec les mêmes questions, vous pouvez facilement créer un tableau ou un graphique.
      3. Analyser les informations obtenues : de façon statistique, analysez les données que vous possédez dans votre tableau ou votre graphique.
      4. Établir une conclusion : grâce à l’analyse des résultats chiffrés, vous pouvez désormais construire et présenter votre conclusion.

      Exemple complet d’un entretien directif

      Pour un entretien directif, voici l’exemple d’un questionnaire et de son analyse des données sous forme de graphique.

      Cet exemple se base sur un entretien directif envoyé à 50 personnes par e-mail.

      Questionnaire

      Dans le cadre d’un mémoire sur l’évolution du mouvement végétarien en France, l’étudiant choisit d’établir un questionnaire fermé pour obtenir des réponses claires et directes.

      1. Vous êtes : Homme  Femme
      2. Votre âge :___ ans
      3. Vous habitez : Zone urbaine Zone rurale
      4. Le mouvement végétarien est-il une mode ? Oui Non
      5. Le mouvement végétarien représente-t-il une nouvelle façon de vivre ? ? Oui Non
      6. Le bien-être animal est-il devenu un sujet de société primaire ? ? Oui Non
      7. Être végétarien : est-ce un mouvement d’avenir ? ? Oui Non
      8. Seriez-vous capable de devenir végétarien ? ? Oui Non
      Durée : 3 minutes.

      Choix de l’échantillon

      Nous avons envoyé notre questionnaire à 50 personnes, dont 51 % sont des femmes.

      Analyse des données

      Après avoir reçu l’ensemble des réponses, vous pourrez analyser les résultats obtenus.

      Il est possible de réaliser un graphique :

      Graphique entretien directif

      Conclusion

      Les résultats peuvent être interprétés de la façon suivante :

      D’après notre échantillon de 50 personnes interrogées, 4 personnes sur 5 (80 %) considèrent que le mouvement végétarien n’est pas une mode.

      S’il n’est pas une mode selon la majorité des personnes, ce mouvement va-t-il jusqu’à représenter une nouvelle façon de vivre ? Le panel répond majoritairement “oui” (3,3 personnes sur 5). On note que la réponse est légèrement plus faible que pour la première question.

      La question 3 nous apprend que 3,5 personnes sur 5 pensent que le bien-être animal est devenu un sujet de société primaire.

      La question 4 nous apprend que 4 personnes sur 5 considèrent que le phénomène végétarien serait un mouvement d’avenir.

      Pourtant, à la dernière question “Seriez-vous capable de devenir végétarien ?”, les résultats sont plus équilibrés (2,9 personnes sur 5 répondent “oui”).

      Cette étude nous apprend que la question du bien-être animal est une réalité pour les Français. Celui-ci n’est pas une mode. Il représente même un mouvement d’avenir.

      Pourtant, une majorité plus faible d’individus se dit prête à devenir végétarienne.
      Grâce à ces résultats, il est possible de tirer des conclusions sur l’évolution du phénomène végétarien en France.

      Moins souvent utilisé que l’entretien semi-directif, l’entretien directif s’avère malgré tout utile pour obtenir des informations statistiques précises sur un phénomène ou sujet donné.

      Cet article est-il utile ?
      Gaspard Claude

      Gaspard est rédacteur pour la partie "méthodologie et recherche" de Scribbr. Il était étudiant en journalisme, puis en Sciences Politiques il y a peu. Il tente d’aider au mieux les étudiants à travers des articles pédagogiques utiles et clairs.

      Laissez un commentaire