Résultats de recherche : comment les présenter dans un document académique ?

Pour les chercheurs et les étudiants qui rédigent un mémoire ou une thèse, présenter ses résultats de recherche est un passage obligé.

Cette partie permet de conclure une étude de la façon la plus pertinente qu’il soit.

Les résultats de recherche : qu’est-ce que c’est ?

L’étape de rédaction des résultats de recherche intervient après l’enquête, l’analyse des données et la première conclusion des résultats.

Plus qu’une simple conclusion, le travail de discussion des résultats de recherche doit vous permettre de réaliser plusieurs tâches :

  • confirmer ou infirmer vos hypothèses de travail et la validité de vos recherches ;
  • structurer vos conclusions finales ;
  • distinguer la limite de vos résultats ;
  • évoquer de nouveaux travaux de recherche en guise d’ouverture.

Différences entre les résultats de recherche et la conclusion

Après avoir mené son enquête et réalisé son analyse des résultats, l’étudiant propose une conclusion générale de son étude empirique.

Cette conclusion lui permet de mettre en relief les informations qu’il a pu constater pendant son enquête. Ces données informatives doivent lui permettre d’apporter une réponse globale sur le sujet étudié.

Après avoir proposé une première lecture de ses résultats à travers une conclusion générale, l’étudiant peut donc s’appuyer sur celle-ci pour produire une analyse plus poussée de ses résultats de recherche.

C’est lors de cette seconde étape qu’il devra discuter plus longuement des résultats, en analysant les limites de sa propre enquête et en apportant à son travail une ouverture.

Ce travail permettra par exemple aux membres d’un jury d’un mémoire de constater que l’étudiant maîtrise son travail. En produisant une analyse des résultats de recherche pertinente, l’étudiant prouve ainsi sa maîtrise de l’enquête et sa pleine conscience quant aux limites de son enquête.

Pour résumer, la partie discussion d’un mémoire ou d’une thèse propose une interprétation plus poussée des résultats d’une enquête, quand la conclusion de cette enquête ne propose qu’une approche rapide des résultats du sujet.

Tableau récapitulatif

 

Réaliser une première conclusionRéaliser une analyse des résultats de recherche
CaractéristiquesIndiquer les données informatives que l’on a collecté.

Expliquer le cadre de son enquête.

Mettre en relief les premières conclusions de son enquête.

Discuter des résultats.

Visualiser les limites de son enquête.

Apporter une ouverture à son travail de recherche.

La forme des résultats de recherche

Pendant son enquête empirique, l’étudiant a pu utiliser un ou plusieurs outils pour mener une étude qualitative ou une étude quantitative.

Selon l’étude qu’il a mené, les résultats prendront une forme différente.

1. Les résultats de recherche dans une étude qualitative

L’étude qualitative qui permet d’analyser et comprendre des phénomènes, des comportements de groupe, des faits ou des sujets, s’appuie sur plusieurs outils :

À l’inverse de l’étude quantitative (qui a pour but d’obtenir une quantité importante de données, chiffrées et statistiques), l’étude qualitative permet de collecter des données informatives de fond.

Après avoir mené un entretien, une observation ou un focus group, l’étudiant doit retranscrire l’ensemble de son travail. C’est après ce travail qu’il pourra présenter ses résultats de recherche sous la forme suivante :

  1. Un paragraphe argumenté qui expliquent les résultats obtenus ;
  2. Un tableau récapitulatif mettant en avant les principales données informatives.

2. Les résultats de recherche dans une étude quantitative

L’étude quantitative permet de collecter un grand nombre de données sur un sujet précis afin de comprendre un phénomène.

Pour ce faire, l’étude quantitative dispose de deux outils principaux :

Après utilisé un de ces deux outils, l’étudiant chercheur peut présenter ces résultats statistiques sous forme :

  • de graphiques ;
  • de tableaux statistiques.

Ces deux méthodes permettent de mettre en relief des régularités dans les réponses obtenues, de donner une explication au phénomène étudié, de soulever de nouvelles interrogations, ou de comprendre d’autres dimensions du phénomène étudié.

Saviez-vous…

Que vous pouvez vérifier si votre thèse ou mémoire contient du plagiat en tout juste 10 minutes ? C'est sûr et fiable !

Faire le test anti-plagiat

Rédiger ses résultats de recherche en 3 étapes

L’étudiant doit tout d’abord reprendre son travail et son enquête pour bien avoir en tête les différents facteurs.

Pour réaliser une discussion pertinente, l’étudiant chercheur doit se rappeler de quelques questions :

  • Quelles étaient mes hypothèses de départ ?
  • Qu’est-ce que je cherchais à savoir, à comprendre, avant le début de mon mon enquête ?
  • Quelle était ma problématique ?
  • Quel était le cadre de mon sujet ?
  • Quels enseignements ai-je tiré dans ma conclusion ?

L’ensemble de ces éléments doit permettre d’avoir une vision claire de l’enquête pour pouvoir ensuite proposer les limites de celle-ci ainsi qu’une ouverture.

Pour proposer une analyse des résultats de recherche, l’étudiant chercheur doit à partir de là suivre 3 étapes de travail.

1. Présenter son enquête

Plus qu’une simple conclusion, cette partie vise à présenter son enquête dans son ensemble : aussi bien les interrogations, les doutes, que les résultats finaux.

Il s’agit ici de discuter des résultats obtenus en mettant en exergue les différents arguments dans l’ordre de leur importance (du plus petit argument au plus fort).

Le but de cette présentation est de proposer un argumentaire démontrant en quoi la réalisation de votre enquête a apporté des nouveaux éléments par rapport au sujet ou phénomène étudié.

L’énonciation de ces arguments doit également vous amener à expliquer si les résultats finaux ont répondu ou non à vos attentes. Dans ce sens, vous devez expliquer pourquoi votre enquête est parvenue à satisfaire vos attentes ou non.

Cette étape de travail peut servir d’introduction pour la partie sur les limites de votre enquête.

2. Énoncer les limites des résultats

À travers ses résultats de recherche, l’étudiant chercheur doit accorder au moins un paragraphe pour présenter les limites de son enquête.

Les limites pointées du doigt doivent être accompagnées de suggestions pour que celles-ci soient évitées lors de prochaines études.

Cette partie du travail est extrêmement importante : elle montre notamment au jury que l’étudiant a conscience des limites de son étude et que son sens critique lui permet de voir les potentiels angles morts de sa propre étude.

Conseil : en évoquant les limites de votre enquête, attention à ne pas dénigrer l’ensemble de votre enquête avec des critiques trop nombreuses ou trop longues.

3. Proposer une ouverture

Cette étape consiste à proposer de nouvelles pistes de recherche par rapport au sujet ou au phénomène étudié.

Ce travail permettra au jury de constater que l’étudiant arrive à situer son sujet dans un contexte général plus large.

Les pistes de réflexions s’établissent à partir des enseignements fournis par l’enquête de l’étudiant.

Cela permet notamment de valoriser l’enquête en démontrant que celle-ci fait naître de nouvelles pistes de travail à propos du sujet ou phénomène étudié.

Résultats de recherche : exemple complet

Après avoir conclu son étude qualitative ou son étude quantitative, l’étudiant chercheur peut discuter des résultats de ses recherches.

SujetL’efficacité d’une entreprise publique française mise à mal : la SNCF
ProblématiqueComment s’explique la mauvaise image de marque de la SNCF ?
Hypothèses
  • L’utilisation quotidienne des usagers n’est pas bonne.
  • Les prix sont trop élevés.
  • Les grèves renforcent le mécontentement des usagers.
  • Être contre la SNCF, c’est une habitude et une pratique devenues presque culturelles.
  • Les spots publicitaires et la communication de l’entreprise sont inaudibles.
Outil utiliséLe focus group
ConclusionLe focus group a permis de déceler plusieurs dysfonctionnements dans l’efficacité de la SNCF.

Les individus présents lors de cette réunion ont ainsi pointés :

  • Les retards jugés trop fréquents à la SNCF.
  • Le manque d’efficacité dans la politique de remboursement en cas de retard ou d’annulation.
  • Les prix souvent trop élevés, notamment pour les familles.
  • Le service client défectueux et les dédommagements en cas de retard.
Analyse résultats de recherche
  • 1. Présenter l’enquête

L’enquête porte sur l’efficacité de l’entreprise publique SNCF. Le but est ici de comprendre en quoi cette efficacité est sans cesse remise en question.

Le but de l’enquête est de récolter auprès d’utilisateurs réguliers, les avis pour pointer du doigt les différents dysfonctionnements de l’entreprise publique.

Pour y parvenir, le focus group (outil analytique qualitatif) permet de regrouper une dizaine de personnes représentatives de la population française pour collecter les avis.

À l’inverse du questionnaire ou du sondage, cette méthode qualitative permet d’analyser le fond du sujet à travers les échanges avec les personnes présentes.

  • 2. Énoncer les limites
    • L’étude qualitative ne permet pas de démontrer un fait statistiquement, ce qu’une étude quantitative aurait permis.
    • L’enquête repose seulement sur une dizaine de personnes, la représentativité n’est pas scientifiquement juste.
    • Le focus group était assez orienté pour comprendre ce qui ne va pas, et pas assez pour comprendre ce qui est efficace à la SNCF.
        • 3. Proposer une ouverture
          • Pour accroître l’efficacité de la SNCF, la dette colossale, aggravée par la longue grève de cet hiver, n’est-elle pas le premier obstacle pour l’entreprise publique ?
          • L’arrivée et le développement de nouveaux concurrents comme Blablacar ou les trajets en bus, ne vont-ils pas pousser la SNCF à augmenter l’efficacité de ses services ?

            SujetL’efficacité d’une entreprise publique française mise à mal : la SNCF
            ProblématiqueComment s’explique la mauvaise image de marque de la SNCF ?
            Hypothèses
            • L’utilisation quotidienne des usagers n’est pas bonne.
            • Les prix sont trop élevés.
            • Les grèves renforcent le mécontentement des usagers.
            • Être contre la SNCF, c’est une habitude et une pratique devenues presque culturelles.
            • Les spots publicitaires et la communication de l’entreprise sont inaudibles.
            Outil utiliséLe questionnaire.
            Résultats
            • Êtes-vous un utilisateur régulier de la SNCF ?
              • Oui : 67 %
              • Non : 43 %
            • À quelle fréquence avez-vous recours au service de la SNCF ?
              • Chaque jour : 9 %
              • 1 fois par semaine : 22 %
              • 1 fois par mois : 36 %
              • 1 fois par trimestre : 21 %
              • 1 fois par an : 22 %
              • Êtes-vous satisfait de la ponctualité des trains ?
                • Très satisfait : 7 %
                • Satisfait : 9 %
                • Peu satisfait : 34 %
                • Pas du tout satisfait : 50 %
              • Êtes-vous satisfait des tarifs de la SNCF ?
                • Très satisfait : 2 %
                • Satisfait : 8 %
                • Peu satisfait : 49 %
                • Pas du tout satisfait : 41 %
              • Au niveau de l’état des trains, êtes-vous satisfait du confort ?
                • Très satisfait : 17 %
                • Satisfait : 39 %
                • Peu satisfait : 31 %
                • Pas du tout satisfait : 13 %
              • Concernant les horaires et le nombre de trains, êtes-vous satisfait ?
                • Très satisfait : 8 %
                • Satisfait : 17 %
                • Peu satisfait : 45 %
                • Pas du tout satisfait : 20 %
              • Utilisez-vous d’autres moyens de transport pour éviter de prendre le train ?
                • Oui souvent : 12 %
                • Oui parfois : 44 %
                • Rarement : 21 %
                • Jamais : 23 %
              ConclusionFace aux différents résultats du questionnaire, on en conclut plusieurs choses :

              • Très peu de personnes sont “satisfaites” ou “très satisfaites” des services de la SNCF (15%)
              • Cela s’explique en partie par : les tarifs jugés trop élevés (90%), et les horaires de trains (65%)

              Conséquence : 56% des personnes interrogées expliquent trouver souvent ou parfois des moyens de substitution dans le but d’éviter le train.

              Analyse résultats de recherche
              • 1. Présenter l’enquête

              L’enquête porte sur l’efficacité de l’entreprise publique SNCF. Le but est ici de comprendre en quoi cette efficacité est sans cesse remise en question.

              Le but de l’enquête est de récolter auprès d’utilisateurs réguliers, les avis pour pointer du doigt les différents dysfonctionnements de l’entreprise publique.

              Pour y parvenir, l’enquête a permis de réaliser un questionnaire auprès d’un panel représentatif de la population française de 500 personnes.

              • 2. Énoncer les limites

              Pour cette enquête, certaines limites sont à constater :

              • L’enquête se focalise sur les choses qui ne vont pas, en laissant potentiellement une place trop mince aux efforts fait par la direction de l’entreprise pour améliorer leur efficacité.
              • Le questionnaire ne pose pas de questions sur les retards à la SNCF. Or c’est un des facteurs principaux de l’efficacité de cette entreprise.
              • L’étude quantitative a permis de collecter un grand nombre de données informatives quantifiables statistiquement, mais elle ne permet pas de rentrer dans les détails (ce qu’une étude qualitative aurait permis).
              • 3. Proposer une ouverture

                Pour accroître l’efficacité de la SNCF, la dette colossale, aggravée par la longue grève de cet hiver, n’est-elle pas le premier obstacle pour l’entreprise publique ?

                L’arrivée et le développement de nouveaux concurrents comme Blablacar ou les trajets en bus, ne vont-ils pas pousser la SNCF à augmenter l’efficacité de ses services ?

                En conclusion, au-delà d’une simple conclusion, l’analyse des résultats de recherche permet à l’étudiant chercheur de proposer une discussion par rapport à l’étude empirique de son mémoire ou de sa thèse.

                Discuter de son sujet signifie le remettre dans son contexte, évoquer les éventuelles limites et proposer une ouverture vers de nouvelles pistes de travail : autant de parties qui montreront au jury que l’étudiant maîtrise son sujet et son enquête dans toutes ses largeurs.

                Cet article est-il utile ?
                Gaspard Claude

                Gaspard est rédacteur pour la partie "méthodologie et recherche" de Scribbr. Il était étudiant en journalisme, puis en Sciences Politiques il y a peu. Il tente d’aider au mieux les étudiants à travers des articles pédagogiques utiles et clairs.

                Laissez un commentaire