Étude qualitative : définition, techniques, étapes et analyse

Un grand nombre de personnes sont amenées à réaliser une étude qualitative : un étudiant qui effectue des recherches pour son mémoire ou un professionnel qui doit mener une étude de marché.

L’article présente l’étude qualitative sous tous les angles : vous allez apprendre à mener ce type d’enquête et à analyser les résultats obtenus. Un exemple complet récapitulatif se trouve à la fin.

Définition générale d’une étude qualitative

« Le but de la recherche qualitative est de développer des concepts qui nous aident à comprendre les phénomènes sociaux dans des contextes naturels (plutôt qu’expérimentaux), en mettant l’accent sur les significations, les expériences et les points de vue de tous les participants. » (Mays et Pope, 1995, p. 43).

À la différence de l’étude quantitative, l’étude qualitative est une méthode qui permet d’analyser et comprendre des phénomènes, des comportements de groupe, des faits ou des sujets.

L’objectif n’est pas d’obtenir une quantité importante de données, mais d’obtenir des données de fond (de qualité !).

Cette méthode de recherche descriptive se concentre sur des interprétations, des expériences et leur signification. Son approche compréhensive peut être utilisée dans beaucoup de domaines comme dans les sciences sociales, l’histoire ou les études de marché (notamment en marketing).

Les techniques de l’étude qualitative

L’étude qualitative s’appuie sur une collecte de données qualitatives qui sont obtenues grâce à deux méthodes principales.

Techniques principales : l’observation, l’entretien et le focus group

ObservationEntretienFocus group
Recueil d’informations présentes (émotions, ton, hexis, silences, hésitations…).Entretiens entre interviewer et interviewé.Observation des interactions entre participants.

L’observation est une technique très utilisée dans les études qualitatives et permet une analyse du réel : elle permet de décrire des comportements, des lieux, des situations et des émotions auxquels vous assistez en temps qu’observateur.

L’étudiant ou le professionnel peuvent choisir entre l’observation participante (vous vous immergez pleinement dans l’expérience et y prenez part) ou non-participante (vous ne faites pas partie du cadre social observé).

Plusieurs techniques existent :

  • L’observation incognito : observer sans être vu ni dévoiler sa démarche de recherche.
  • L’observation à découvert : observer en ayant informé les personnes observées de la démarche de recherche.
  • L’observation armée : observer et posséder un instrument (ou une personne) qui propose les questions aux sujets et enregistre les réponses.
Exemple d’observation

Dans le cadre d’un mémoire sur l’accueil des réfugiés en France, un étudiant peut effectuer une étude qualitative en observant un centre d’accueil des migrants. Ces observations doivent permettre de faire émerger des informations à partir des notes prises et des éléments constatés.

Pour effectuer une étude qualitative, vous pouvez aussi faire passer des entretiens. L’entretien permet à l’étudiant de récolter des données verbales qui sont récoltées grâce à des questions (préparées ou non).

Cette seconde technique de l’étude qualitative permet de comprendre le sujet à partir d’interprétations des données récoltées lors des témoignages. L’étudiant peut choisir entre :

Exemple d’entretien

Sur le même mémoire au sujet de l’accueil des réfugiés en France, l’étudiant pourrait opter pour la technique de l’entretien semi-directif. Il s’agit d’aller interroger des migrants, des bénévoles de l’association ou des responsables politiques en préparant des questions qui lui permettrait de vérifier ses hypothèses.

Cette technique consiste à rassembler des individus pour comprendre leur comportement à l’égard d’un phénomène, d’un sujet ou d’un produit. Ce protocole d’enquête permet de recueillir l’opinion de plusieurs personnes à la fois dans un environnement social spécifique. Il est souvent plébiscité pour établir une enquête qualitative de marché.

Cette technique permet aussi d’étudier les relations sociales entre les personnes présentes. La présence d’autrui permet de mettre les individus sous une pression qui révèle certains comportements.

Exemple de focus group

Le focus group dans le cadre du mémoire sur l’accueil des réfugiés en France pourrait consister à réunir plusieurs personnes réfugiées afin de discuter de leur situation.

Les autres techniques de l’étude qualitative

Pour mener à bien une étude qualitative, d’autres méthodes peuvent également être utilisées.

  • Le recueil documentaire

Le recueil documentaire permet de collecter des informations à partir d’écrits déjà existants sur le sujet de recherche (documents externes : sites Internet, plaquettes, documents internes, rapports d’activités, organigrammes…).

Exemple de recueil documentaire

Pour le mémoire sur l’accueil des réfugiés en France, un recueil documentaire reviendrait à étudier les sites Internet d’associations, des textes de loi, des articles universitaires ou de presse, des entretiens ou des livres à ce sujet.

  • L’analyse de discours

Cette méthode revient à étudier un discours pour en faire ressortir des données à analyser par la suite.

Exemple de discours

Concrètement, dans le cadre du mémoire sur l’accueil des réfugiés en France, cela pourrait revenir à analyser une prise de parole politique au sujet du droit du sol.

  • L’analyse de politiques publiques

Cette méthode revient à étudier ce qui est fait par le gouvernement. On s’intéresse à la manière employée par celui-ci dans un domaine en particulier. On analyse les effets induits par les actions de l’État.

Exemple d’analyse de politiques publiques

L’étudiant peut analyser une politique publique menée sur son sujet de recherche. Pour un mémoire sur l’accueil des migrants en France, l’étudiant pourrait étudier un chapitre de loi sur le droit d’asile en France. Ses recherches peuvent être suivies d’une analyse de terrain (méthode de l’observation). Le but est de comprendre si la loi s’applique bien dans la réalité.

Les spécificités des techniques de l’étude qualitative

La recherche qualitative est généralement interprétative : il ne s’agit pas de tester des théories, mais bien de comprendre un phénomène donné à partir d’interprétations, de témoignages ou d’opinions recueillis.

Dans un mémoire ou une thèse, on met en place une étude qualitative :

  • Dans des situations complexes.
  • Quand la recherche porte sur des pensées, du sens ou de l’expérience.
  • Pour déterminer les variables pertinentes d’une future étude quantitative.
  • Pour approfondir les corrélations inattendues d’une étude quantitative.
  • Lorsqu’un chercheur a une objection fondamentale à quantifier différents aspects de l’existence humaine.

Les diverses méthodes de recherche qualitative (comme les entretiens ou les observations) ont les caractéristiques suivantes :

  1. Le chercheur n’a généralement pas une idée claire des concepts et des résultats qui seront pertinents.
  2. Le plan de recherche est souvent plus flexible qu’avec des études quantitatives.
  3. La recherche est effectuée dans des environnements « réels ».
  4. La construction de la théorie est plus importante que les tests théoriques.
  5. Les hypothèses ne se vérifient (presque) jamais.

Comment mener une étude qualitative en 8 étapes ?

Afin de mener une étude qualitative qui soit le plus efficace possible pour le travail de recherche effectué, il est utile de respecter un processus défini.

Les 8 étapes pour faire une étude qualitative

Voici les étapes à suivre pour effectuer une étude qualitative.

  1. Délimitation de la question de recherche : il vous faut établir une problématique autour du phénomène, du sujet ou du fait à analyser.
  2. Hypothèses : à partir de votre question de recherche, vous aller définir des hypothèses que vous voudrez vérifier avec une méthode de recherche qualitative.
  3. Choix de la méthode : choisissez la méthode qui vous correspond le mieux (observations, entretien, focus group …).
  4. Définition de l’échantillon : poursuivez désormais en définissant l’échantillon (Qui questionner ? Combien de personnes ?). Interrogez-vous sur la pertinence de l’échantillon par rapport à vos hypothèses.
  5. Préparation : pensez à bien cadrer votre recherche, à maîtriser au mieux le sujet, à savoir exactement ce que vous voulez obtenir comme informations.
  6. Collecte des données qualitatives : collectez les données qui vous apporteront des éléments de réponse essentiels.
  7. Analyse : il vous faudra retranscrire, décrypter et utiliser un codage pour analyser vos données. Vous pourrez ensuite écrire la conclusion de l’étude qualitative à partir des éléments analysés.
  8. Présentation dans un travail de recherche : les données collectées et analysées peuvent désormais être présentées dans un document académique (thèses, mémoire, article scientifique…).

Les 3 phases de l’étude qualitative

En résumé, le processus de l’étude qualitative étudié ci-dessus se décline en trois phases de travail.

Phase 1Phase 2Phase 3
Recueil de l’information

Cette première étape du travail est primordiale : la crédibilité de votre étude qualitative repose sur la qualité et l’intérêt des informations recueillies.

Traitement de l’information

Cette phase doit faire le lien entre le recueil de l’information et l’analyse : il s’agit ici de synthétiser les données récoltées afin de produire en phase 3, une analyse la plus pertinente possible.

Analyse de l’information

Dans un troisième temps, l’analyse des données retranscrites et synthétisées vous permettra d’élaborer votre conclusion.

  • Analyse des données
  • Conclusion

L’analyse des données d’une étude qualitative

Une fois collectées, il faut analyser les données qualitatives obtenues. Plusieurs approches sont possibles en fonction de votre objectif de recherche :

  • Mettre en exergue des régularités.
  • Expliquer la signification d’un texte ou comportement.
  • Apporter une nouvelle réflexion.
  • Étudier différentes dimensions d’un concept.

Pour analyser des données récoltées par entretien, il est possible de procéder de la façon suivante :

  1. Retranscrire l’entretien : des logiciels existent pour vous aider.
  2. Étudiez le texte et codifiez-le : utilisez le même système de codification pour vos différents entretiens.
  3. Comparer les codifications et rechercher des régularités : ces modèles forment la base de votre analyse finale.
  4. Les résultats de l’étude qualitative sont généralement décrits avec des mots, mais il est aussi possible d’utiliser des tableaux, graphiques ou des images.

À noter que des logiciels spéciaux sont disponibles pour l’analyse d’une étude qualitative, tels que NVivo, ATLAS.ti, Kwalitan, KODANI et MAXqda. Certains d’entre eux peuvent être utilisés gratuitement grâce à votre établissement.

Exemple complet d’étude qualitative

Pour rendre le plus compréhensible possible l’étude qualitative, voici un exemple complet de l’utilisation de ce type de recherche dans un mémoire universitaire.

SujetLe mal-être des policiers au travail.

L’étudiant souhaite étudier la corrélation entre le mal-être des policiers et le manque de moyens qui leur est alloué (salaire, heures supplémentaires non payées, locaux insalubres, matériels défectueux).

Il décide ainsi de réaliser une étude qualitative pour mieux comprendre ce phénomène.

Question de rechercheEn quoi les conditions de travail actuelles sont-elles un facteur de mal-être pour les policiers français ?
Hypothèses
  • Les médias et le mouvement des gilets jaunes accroissent la pression subie par les policiers.
  • Les armes et l’ambiance virile rendent le suicide plus facile.
  • La fin de la camaraderie et la dégradation des relations entre la base et les chefs isolent les individus.
  • Le manque d’accompagnement psychologique ne permet pas d’éviter un état mental en danger.
Méthodes utiliséesL’étudiant a alors le choix entre diverses méthodes :

  • Il peut choisir l’observation dans un commissariat de police. En visualisant le quotidien des policiers pour constater certaines pratiques ou situations qui pourraient expliquer les difficultés du métier.
  • Il peut aussi mener des entretiens. Si l’observation permet d’étudier certains phénomènes de l’extérieur, l’entretien semble plus approprié pour obtenir des témoignages pertinents sur le phénomène étudié. L’étudiant devra choisir entre : entretien directif, semi-directif et libre. Chaque type dépend du statut des hypothèses et des préférences de l’étudiant : préfère-t-il diriger les entretiens ou donner toute liberté aux personnes interviewées.

Au final, c’est à lui de choisir la méthode qui lui correspond le mieux. Celle qui sera le plus utile à son mémoire pour recueillir un maximum d’informations et celle avec laquelle il se sent le plus à l’aise.

Imaginons ici que l’étudiant choisisse de mener un entretien semi-directif (il prépare des questions à poser, mais n’est pas contre le fait que les personnes interviewées divergent de celles-ci).

PréparationsIl lui faut bien définir l’échantillon à interroger selon les réponses que l’on souhaite avoir : les personnes doivent être contactées à l’avance et un rendez-vous doit être pris.

Préparer un carnet de notes, un microphone et de quoi filmer l’entretien.

L’étudiant continue le processus de son étude qualitative en préparant maintenant le contenu de la méthode définie.

  • Quelles questions poser ? A qui ? Sous quel angle ? Sur quel ton ?

Dans le cas où il choisit l’entretien semi-directif, l’étudiant doit préparer une série de questions ouvertes pour laisser à l’interviewé une certaine liberté dans sa réponse.

Conseil : si le microphone et la vidéo sont de bons outils, ils peuvent être de faux-amis en entretien, car l’assurance de pouvoir réécouter l’interview peut apporter une déconcentration sur ce que dit en temps réel la personne interrogée. Le mieux est alors de prendre en note dans un carnet, les moments clés de l’entretien, même lorsque celui-ci est enregistré.

Collecte de donnéesLe jour J, l’étudiant doit :

  • Faire attention à son comportement et sa tenue.
  • Apporter tout le matériel nécessaire.
  • Tester l’enregistrement.
  • Prendre des notes pour rebondir si nécessaire.
  • Observer les non-dits (ton, hésitations, hexis…).
Résultats et analysesAprès avoir effectué plusieurs entretiens semi-directifs auprès de policiers, l’étudiant effectue la retranscription des données récoltées et le codage de celles-ci. Puis, il est possible de faire une mise en comparaison pour faire remonter des régularités. Il peut établir un tableau récapitulatif où sont indiquées dans des colonnes, les réponses de policiers interviewés, sur un facteur précis.

Si l’étudiant a choisi l’entretien, il peut alors regrouper les informations en hiérarchisant les questions de la plus générale à la plus spécifique.

L’analyse de ces prises de parole doit permettre d’apporter une explication avec des mots, du phénomène, du sujet, ou bien du fait, de départ.

L’étudiant pourra enfin, présenter l’analyse finale de sa recherche qualitative dans son mémoire. Il peut rédiger une analyse écrite sous forme de paragraphe argumenté. Ou bien sous forme de tableau explicatif, accompagnée d’une analyse écrite sur les données ressortant dans le tableau.

En conclusion, l’étude qualitative est une technique de recherche efficace pour de nombreux travaux de recherche. Son processus, qu’importe la méthode choisie, permet de regrouper un grand nombre d’informations qualitatives. Celles-ci s’avèrent utiles pour comprendre un phénomène et lui donner une explication.

Cet article est-il utile ?
Gaspard Claude

Gaspard est rédacteur pour la partie "méthodologie et recherche" de Scribbr. Il était étudiant en journalisme, puis en Sciences Politiques il y a peu. Il tente d’aider au mieux les étudiants à travers des articles pédagogiques utiles et clairs.

Un commentaire

Nina
29 octobre 2019 à 10:33

Merci pour cet article super efficace !

Répondre

Laissez un commentaire