Tout savoir sur l’état de l’art

Qu’est-ce qu’un état de l’art ? À quoi sert un état de l’art ? Comment rédiger avec méthode un bon état de l’art ? Comment structurer un état de l’art ? Voilà ce que vous allez apprendre dans cet article.

Qu’est-ce que l’état de l’art ?

L’état de l’art est un panorama synthétique et organisé des travaux déjà réalisés sur un sujet précis. Réaliser un état de l’art implique un travail bibliographique précis et une analyse des publications majeures en rapport avec le thème choisi.

L’expression « état de l’art » est une traduction de l’anglais « state of the art ». On parle aussi de « revue de la littérature » ou d’« état des connaissances ». Cette expression s’applique à tous les domaines de la recherche scientifique : sciences, médecine, sciences humaines et sociales, lettres, etc.

C’est une étape fondamentale de la recherche, en particulier pour les mémoires ou les thèses et parfois pour les rapports ou les articles scientifiques.

Où se place l’état de l’art ?L’état de l’art étant une étape préparatoire et définitoire de votre recherche, il s’insère en général dans l’introduction de la thèse ou du mémoire. Si ce n’est pas déjà fait, pensez à vous adresser à votre département qui devrait être en mesure de vous fournir des instructions précises concernant la présentation et la structure des thèses et des mémoires.
La taille de l’état de l’artIl est difficile d’évaluer la taille précise d’un état de l’art, cela dépendra des recommandations de votre département concernant la longueur des thèses et des mémoires. On peut cependant s’attendre à ce qu’un état de l’art complet fasse entre 5 et 10 pages.

Pourquoi est-il important de réussir son état de l’art ?

L’état de l’art constitue une étape préliminaire essentielle qui permet de poser, en amont, les bases d’une recherche et d’assurer que celle-ci repose sur un premier corpus solide et des hypothèses fiables. Comme en architecture, il s’agit d’assurer les fondations avant de s’engager dans la construction de la structure.

Une étape importante pour vous

Au début d’une recherche, il est difficile de définir précisément une problématique : l’état de l’art a pour but de vous aider à cerner avec clarté votre sujet, de vous positionner dans un champ scientifique. Il doit vous amener à choisir un angle d’approche porteur et écarter le risque de vous lancer dans une recherche déjà effectuée.

Une étape importante pour vos lecteurs

Il s’agit aussi de montrer à vos lecteurs l’originalité et le caractère novateur de votre démarche. Vous devez les convaincre de l’utilité et de la pertinence de votre étude et faire la preuve que vous enrichirez l’état des connaissances dans votre domaine.

Quel est votre taux de plagiat ?

En 10 minutes, vous pouvez savoir si vous avez commis du plagiat et comment l’éliminer.

  • La technologie de Turnitin
  • Un résumé de toutes les sources trouvées
  • Une comparaison avec une base de données énorme

Faites la détection anti-plagiat

Rédiger un état de l’art en 3 étapes

Étape 1 : La recherche bibliographique

Un bon état de l’art doit donc permettre de débuter une recherche avec une vision claire du thème choisi. Quelle que soit votre discipline, vous devez garder en tête qu’un état de l’art est synonyme de révision, d’examen et d’évaluation des sources. Il doit toujours s’appuyer sur des études scientifiques déjà publiées. Un bon état de l’art nécessite par conséquent une recherche bibliographique méthodique.

  • Trouver des références pour constituer une bibliographie approfondie

Avant de vous lancer dans la recherche bibliographique à proprement parler, vous devez réaliser une liste des sources disponibles dans votre champ de recherche. Au niveau du master ou de la thèse, vous êtes déjà certainement à même de distinguer les différents documents spécialisés : ouvrages de référence, classiques, articles publiés dans des revues avec comité de lecture, sites institutionnels ou universitaires spécialisés, documents d’archives, rapports scientifiques, sources primaires/sources secondaires, etc.

L’abondance actuelle des ressources numériques doit vous amener à être particulièrement vigilant quant aux documents que vous consulterez. Vous gagnerez un temps considérable en sélectionnant des sources fiables, émanant d’auteurs ou de centres de recherches sérieux, en hiérarchisant les données et en écartant d’emblée les lectures inutiles.

Au-delà des catalogues propres à chaque bibliothèque, il convient de recourir à des plates-formes de partage et de diffusion d’articles, de revues, d’œuvres, parfois payantes depuis chez vous, mais généralement en accès libre dans les bibliothèques importantes.

Par exemple, en sciences humaines et sociales et en français, CAIRN, Érudit ou encore Persée sont des références reconnues. Gallica est le nom du catalogue de la Bibliothèque Nationale de France. Le site SUDOC (Système Universitaire de Documentation) donne accès au catalogue collectif français des bibliothèques et centres de documentation de l’enseignement supérieur et de la recherche. WorldCat est un catalogue mondial des collections des bibliothèques.
Dans certains domaines, en particulier les sciences dures, il est indispensable d’avoir un niveau d’anglais permettant accès aux ressources et plates-formes internationales comme Jstor, Muse ou encore IngentaConnect.

Étape 2 : La définition des mots-clés

Une recherche bibliographique efficace en vue de la réalisation d’un état de l’art passe nécessairement par la définition de mots-clés à insérer dans les moteurs de recherche bibliographiques, en fonction de votre sujet. Vous aurez certainement déjà des noms d’auteurs, mais il faudra aussi forcément faire des recherches thématiques pour débusquer plus de sources.

Il est conseillé de partir de mots-clés généraux et d’affiner peu à peu la thématique. Cela peut prendre du temps et il est recommandé de prendre note de vos idées et de tous vos mots-clés. Pour avoir une vue d’ensemble de cette recherche, vous pouvez organiser les mots-clés et idées principales sur le papier, sous forme de listes, de tableaux ou de schémas arborescents, avec des couleurs ou tout autre moyen visuel qui vous convient.

Ne négligez pas l’aide précieuse que peuvent vous apporter d’autres personnes. La discussion avec des camarades de séminaire, des étudiants plus avancés peut être très utile. Les professeur.e.s et en particulier votre directeur.rice de mémoire ou de thèse sont là pour vous guider. De plus, les bibliothèques universitaires disposent en général d’un service d’aide pour aider les étudiants et chercheurs à tous les stades de la recherche bibliographique.

Tel Sherlock Holmes, vous devez donc mener votre enquête, être curieux et perspicace, faire preuve d’ingéniosité pour rassembler les documents pertinents. La recherche bibliographique et l’élagage des sources constituent des étapes cruciales d’un état de l’art : elles participent pleinement au processus de structuration de la pensée et de définition du sujet.

Il est recommandé de recourir à un logiciel de gestion bibliographique, outil indispensable du chercheur. Les logiciels les plus connus en français sont End Note, Zotero ou Mendeley.

Étape 3: La lecture et la synthèse du corpus

La réalisation de l’état de l’art suppose aussi une lecture critique et synthétique de votre corpus.

  • La lecture critique

Il est important, pour optimiser vos lectures, de rédiger des fiches de lecture pour garder en mémoire les éléments essentiels de la source consultée. Ces fiches synthétiques devront comprendre la référence complète et précise de la source, un résumé des idées principales, mais aussi des questions critiques, des réflexions personnelles sur tel ou tel aspect de l’étude. Cela vous permettra, à la fin de vos lectures, de vous y retrouver et surtout d’établir des liens entre les textes et de classer ces derniers avec méthode. Vous serez aussi amené, par ce travail minutieux, à vous familiariser avec une terminologie scientifique et à enrichir votre lexique spécialisé.

  • La synthèse des données

Une fois terminées vos lectures, vous devriez avoir une vision à la fois globale et précise des principales recherches ayant déjà été effectuées autour du thème choisi. Vous devriez être à même de vous situer par rapport à ces dernières et plus précisément de :

  • savoir quelles disciplines ont abordé votre sujet, le cas échéant, selon quelle(s) méthode(s) ;
  • reformuler les questionnements qui structurent les études parcourues ;
  • avoir compris les principaux résultats de la littérature et ceux qui font défaut ;
  • tirer des conclusions d’ensemble, suggérer des recommandations ;
  • dégager votre propre problématique.

Étape 4: Structurer un état de l’art

Un état de l’art ne doit pas être présenté sous forme de liste en vrac des informations collectées. Ces dernières doivent être présentées de façon structurée. S’il n’y a pas de règle fixe pour structurer un état de l’art, on peut dégager plusieurs types d’organisation logique des données.
La présentation des sources peut ainsi suivre diverses classifications :

  • Chronologique. Cette approche ira de l’étude la plus ancienne à l’étude plus récente. L’intérêt est ici de pouvoir mettre en lumière les évolutions de la recherche sur un sujet précis.
  • Thématique. Il s’agit ici de dégager les principaux thèmes et questionnements qui structurent ou sous-tendent la littérature parcourue. Cette organisation nécessite une solide capacité d’analyse et de synthèse. Un classement thématique peut, par exemple, aller du plus général au plus précis ou encore mettre en lumière les convergences et les divergences.
  • Méthodologique. Cela consiste à distinguer les différentes méthodes ou écoles de pensée qui ont abordé un sujet, en éclairant la spécificité de chacune, leurs principes théoriques, leurs forces, ou encore leurs lacunes.
  • Dans certaines disciplines (histoire, ethnologie, littérature…), vous serez aussi parfois amené à devoir distinguer les sources primaires des sources secondaires.
  • Il va de soi que votre état de l’art devra comporter une introduction, mais surtout une conclusion éclairant les principaux enseignements de votre état de l’art et formulant clairement les objectifs et la problématique de votre étude.

Transformer son état de l’art en article scientifique ?

En conclusion, la réalisation d’un état de l’art abouti est un processus long et méthodique. C’est une étape importante qui aura un impact important sur qualité de votre travail, quel que soit le niveau d’études. Selon les cas et les contextes, un état de l’art peut constituer une partie ou sous-partie de mémoire ou de thèse. Cerise sur le gâteau, si votre état de l’art est particulièrement bon, il sera possible de le soumettre pour publication dans une revue spécialisée.

Cet article est-il utile ?
Katia Sznicer

Rédactrice-correctrice indépendante. Passionnée par les Arts et les Lettres. A longtemps enseigné le français langue étrangère et la littérature à l’université. Se consacre désormais à la rédaction de contenus scientifiques pour le web, la correction de textes et l’écriture littéraire.

4 commentaires

Jacques
19 juillet 2020 à 19:18

Bonjour,
Donnez-vous des conseils en privé ?

Merci par avance pour votre retour

Bc
Jacques

Répondre

Caroline
Caroline (Scribbr-team)
19 juillet 2020 à 21:52

Bonjour Jacques,
Non mais nous pouvons (tenter de) répondre à vos questions ici.
Excellente soirée.
Bien à vous.

Répondre

Jérémie
7 juin 2020 à 21:43

Merci pour cet article qui m'a aidé à y voir plus clair et à avancer dans mon mémoire.

Répondre

Caroline
Caroline (Scribbr-team)
8 juin 2020 à 12:10

Bonjour Jérémie,
Tant mieux, nous sommes très heureux que cela puisse vous aider !
Bien à vous,
Caroline

Répondre

Laissez un commentaire

Please click the checkbox on the left to verify that you are a not a bot.