Échantillonnage : tout ce que vous devez savoir pour vos recherches !

Étudiants ou professionnels, nombreux sont ceux qui ont recours à l’étude empirique, dans un travail de recherche.

Que l’étude soit qualitative ou quantitative, l’échantillonnage permet de récolter des informations pertinentes à partir d’un public cible, afin de répondre à la problématique et aux hypothèses de départ.

Échantillonnage : définition générale

“La théorie mathématique des probabilités suppose que, pour connaître les événements qui peuvent survenir dans une population donnée, il n’est possible d’étudier ou d’interroger qu’une petite partie de celle-ci, à condition de respecter des règles rigoureuses de sélection de cette fraction de population. Seules garanties de sa représentativité.”
Hélène Yvonne Meynaud et Denis Duclos dans De l’échantillonnage à la remise du produit.

L’échantillonnage est un procédé qui permet de définir un échantillon dans un travail d’enquête. Il s’agit d’étudier une partie sélectionnée pour établir des conclusions applicables à un tout.

En d’autres termes, l’échantillonnage est une sélection précise de personnes ciblées pour réaliser un entretien, un focus group, un sondage ou un questionnaire.

Les types d’échantillonnage

Pour effectuer un échantillonnage, vous avez deux options :

  1. L’échantillonnage représentatif.
  2. L’échantillonnage aléatoire (aussi appelée « méthode probabiliste »).

1. L’échantillonnage représentatif

Un échantillon représentatif, souvent utilisé dans une étude quantitative (questionnaire ou sondage), est défini comme représentatif lorsqu’il a les mêmes caractéristiques que la population étudiée (population mère).

Un échantillon représentatif peut se faire à travers l’utilisation de la technique des quotas.

Exemple

Dans le cadre d’un mémoire sur la consommation d’alcool en France, l’étudiant chercheur doit réaliser un échantillon représentatif de la population française en terme d’âge, de genre, de CSP… L’étudiant étudiera donc un échantillon de 1 000 personnes ayant les caractéristiques suivantes :
– 51 % de femmes et 49 % d’hommes
– 20 % de population rurale et 80 % de population urbaine
– 20,5 % d’ouvriers, 27,5 % d’employés, 25,5 % de professions intermédiaires, 18,5 % de cadres, 6,5 % d’artisans et 1,5 % d’agriculteurs.

2. L’échantillonnage aléatoire

L’échantillonnage aléatoire (ou “méthode d’échantillonnage probabiliste”) est déterminé à partir d’une procédure de tirage aléatoire statistique.

Malgré le hasard, la représentativité de l’échantillon aléatoire est assurée par les lois statistiques de la probabilité.

Exemple

Pour connaître les habitudes radiophoniques de la population française, un étudiant pourrait réaliser un échantillonnage aléatoire et contacter des personnes au hasard. C’est la technique utilisée par Médiamétrie, une entreprise qui étudie les audiences radiophoniques en France.

Tableau récapitulatif

Type d’échantillonnageCaractéristiquesAvantagesLimites
L’échantillonnage représentatifPossède les mêmes caractéristiques que la population étudiée.
  • Permet d’obtenir des résultats statistiques pertinents.
  • Le chercheur connaît précisément le taux de représentativité de son échantillon.
  • Peut s’avérer difficile à mettre en place.
  • Il faut du temps pour mener à bien un échantillonnage représentatif.
L’échantillonnage aléatoireSe caractérise par le hasard à travers un tirage au sort aléatoire.
  • Plus facile à mettre en place que l’échantillonnage représentatif.
  • Permet de calculer des seuils et intervalles de confiances face aux résultats obtenus.
  • Malgré les lois statistiques de la probabilité, la représentativité d’une population peut être moins exacte.
  • Le chercheur contrôle moins la parfaite représentativité de son échantillon.

Faites corriger votre document par des experts

Des correcteurs académiques relisent et corrigent votre dissertation en se focalisant sur :

  • Le style académique
  • Les fautes de français
  • La clarté et logique de vos propos

Plus d'informations

Les règles de base de l’échantillonnage

Comme l’indique la définition des chercheurs ci-dessus, l’échantillonnage est efficace “à condition de respecter des règles rigoureuses”. Nous allons par conséquent vous expliquer comment réaliser un échantillonnage correctement.

1. Bien choisir les personnes à interroger

Les caractéristiques de l’échantillonnage sont strictes : pour être efficace, il ne vous faut interrogez que les individus susceptibles de vous apporter des informations pertinentes pour votre recherche !

Pour respecter la règle de la représentativité de l’échantillonnage, vous devez cibler les personnes interrogées.

Exemples

Sur un mémoire portant sur la théorie économique de destruction créatrice de Joseph Schumpeter, inutile d’interroger vos proches (non-experts !) pour augmenter la taille de l’échantillon. Il faudrait plutôt interroger un économiste.

Si dans votre mémoire vous étudiez le fonctionnement de l’association Emmaüs, assurez-vous d’interroger l’ensemble des acteurs utiles à son fonctionnement : vendeurs, acheteurs, bénévoles… Votre échantillon doit représenter l’ensemble des acteurs utiles au fonctionnement de l’association.

2. La taille de l’échantillon en fonction de l’étude

Une étude empirique peut être menée par le biais d’une étude qualitative ou une étude quantitative. À travers le type d’étude et la technique d’enquête utilisée, la taille de l’échantillon varie.

Lors d’une étude qualitative, la taille de l’échantillon peut être extrêmement restreinte : 1 à 2 personnes.

En fonction des informations que vous voulez obtenir, il est important de sélectionner la bonne personne à interroger.

Exemple

Dans le cadre d’un mémoire au sujet très technique sur l’évolution de la théorie économique de la destruction créatrice de Joseph Schumpeter au XXIème siècle, l’étudiant peut interroger un professeur d’économie ou un économiste.
L’expert va pouvoir apporter des réponses précises sur des connaissances qu’il possède. Réaliser un sondage avec plusieurs dizaines de personnes qui ne possèdent pas les connaissances nécessaires, serait inutile.

Dans le cadre d’une étude quantitative, l’échantillon à étudier doit être le plus représentatif possible de la population ciblée.

Cet échantillon doit également être assez important, afin d’obtenir des données statistiques pertinentes et une conclusion efficace.

Exemple

Sur un mémoire portant sur le rapport des Français à la littérature et la lecture, l’étudiant devra interroger un échantillon représentatif de la population française : exemple 51 % de femmes et 49 % d’hommes. Pour être pertinent, l’échantillon devra comporter au moins 500 personnes.

Vous devrez interroger un panel de personnes de différents âges et différentes catégories sociales.

Pour que les résultats statistiques de votre sondage ou de votre questionnaire aient un intérêt pour votre travail, vous devez vous assurez qu’il comporte une bonne représentativité.

3. Les techniques d’interrogation

Selon le type de l’étude et de l’outil employé pour récolter des informations, l’échantillon à interroger le sera de différentes façons.

Pour l’entretien semi-directif ou libre, l’échantillon à questionner est de petite taille. L’étudiant a donc le temps d’interroger la personne en face à face, pendant plus d’une heure.

Pour l’entretien directif, qui se trouve à mi-chemin entre l’étude qualitative et l’étude quantitative, l’étudiant a le choix entre réaliser ces entretiens en face à face s’il a le temps, ou bien par e-mail, téléphone ou via les réseaux sociaux, si le nombre d’entretiens devient trop conséquent.

Pour un focus group, l’échantillon d’une dizaine de personnes doit obligatoirement être interrogée lors d’une réunion organisée avec tous les participants.

Pour un sondage ou un questionnaire, l’échantillon doit souvent représenter plus de 500 personnes. Pour interroger ce grand nombre de personnes, l’étudiant peut envoyer son formulaire de question par e-mail ou par le biais des réseaux sociaux avec le site SurveyMonkey.

Préparer un échantillonnage en 6 étapes

Avant de se lancer dans son enquête, il est utile de préparer son échantillonnage en suivant plusieurs étapes importantes.

  1. Définir une problématique et des hypothèses.
  2. Choisir le type d’étude (qualitative ou quantitative).
  3. Choisir l’outil le plus adéquat (entretien, focus group, questionnaire, sondage) car la taille de l’échantillon n’est pas la même selon l’outil employé.
  4. Définir un échantillon efficace : un questionnaire ou un sondage demanderons un échantillon large de personnes (+500) alors qu’un focus group ou entretien beaucoup moins (une dizaine d’individus, voir juste 1 ou 2).
  5. Constituer un échantillon : si votre échantillon est volumineux (sondage ou d’un questionnaire), vous devez effectuer un échantillonnage représentatif de la population concernée par votre sujet. Pour un focus group, assurez-vous que votre groupe soit représentatif. Pour un entretien, l’échantillon sera le plus souvent constitué de quelques personnes (un expert par exemple).
  6. Cadrer votre échantillonnage : définissez un début et une fin à votre étude (“saturation théorique”).

Exemples d’échantillonnage

Sujet du mémoire : l’énergie éolienne à l’heure du réchauffement climatique

Problématique : l’énergie éolienne est-elle une solution crédible pour endiguer le phénomène de pollution et de réchauffement climatique ?

Hypothèses :

  • Les éoliennes permettent de réduire la part de nucléaire produit, donc la quantité de déchets radioactifs.
  • Les éoliennes sont souvent critiquées pour leur manque d’esthétisme dans un paysage (question esthétisme qu’est ce qui est le mieux : une centrale nucléaire ou une éolienne ?)
  • L’impact carbone des éoliennes est très faible.
  • Les éoliennes, si elles étaient pleinement exploitées, pourraient permettre d’être davantage autosuffisant en énergie.
  • Les coûts de l’énergie produite par les éoliennes seraient moins onéreux pour les foyers français.
  • La consommation énergétique verte permet de sensibiliser les citoyens à la cause écologique.

Type d’étude : pour récolter des informations sur ce sujet, et répondre à la problématique et aux hypothèses de départ, le chercheur peut procéder de différentes façons.

Le sujet étant accessible au grand public, l’étudiant peut choisir de mener une étude quantitative par questionnaire en interrogeant un échantillon représentatif de la population française. Il peut également faire le choix de l’étude qualitative et de l’entretien libre avec un échantillon d’une seule personne, experte sur ce sujet.

Si les méthodes et l’échantillonnage ne sont pas les mêmes, l’étudiant pourra récolter dans les deux cas des informations intéressantes. Soit pour récolter l’avis de la population sur cette technologie qui divise, soit pour comprendre l’aspect technique à travers une expertise d’un chercheur professionnel.

Outil utilisé : L’étudiant a donc le choix entre plusieurs outils, il peut par exemple avoir recours à :

  • L’entretien (semi directif, ou libre) avec un expert.

Dans le cadre du mémoire sur l’énergie éolienne à l’heure du réchauffement climatique, l’étudiant décide d’interroger un scientifique expert sur les nouvelles technologies vertes.

Son échantillon se compose uniquement de ce professionnel qui va lui apporter des précisions techniques lui permettant de répondre à sa problématique et à ses hypothèses de départ.

  • Un focus group pour débattre autour de cette question.

Toujours dans le cadre du mémoire sur l’énergie éolienne à l’heure du réchauffement climatique, l’expert peut utiliser la technique du focus group pour récolter des informations. Son échantillon d’une dizaine de personnes devra être représentatif pour récolter des informations pertinentes.

  • Un questionnaire pour analyser l’avis de la population française sur cette question de société.

L’étudiant peut également passer par le questionnaire pour réaliser son étude quantitative qui lui apportera beaucoup d’informations. Cette technique permet de récolter l’avis d’un grand nombre de personnes. Dans le cadre de ce mémoire, il peut être utile de connaître l’avis de la population française sur l’enjeu éolien, à travers un échantillonnage représentatif.

Pour diffuser son questionnaire, l’étudiant choisit d’envoyer celui-ci par téléphone à un groupe d’individus tiré au sort, grâce à la technique de l’échantillonnage aléatoire.

Cet article est-il utile ?
Gaspard Claude

Gaspard est rédacteur pour la partie "méthodologie et recherche" de Scribbr. Il était étudiant en journalisme, puis en Sciences Politiques il y a peu. Il tente d’aider au mieux les étudiants à travers des articles pédagogiques utiles et clairs.

Laissez un commentaire