Préparer un entretien ou interview

C’est votre première tâche en tant qu’interviewer : vous assurer que l’entretien est bien organisé et valide votre recherche de mémoire ou thèse.

Voici donc 4 étapes et techniques que vous pouvez appliquer pour bien préparer un entretien ou une interview.

1. Bien se préparer en amont

Déterminez ce que vous voulez obtenir de cet entretien

En étant bien préparé, vous pourrez gérer l’entretien de manière professionnelle. Vous devez déterminer à l’avance :

Préparer un guide d’entretien – Questionnaire ou liste de sujets ?

Avant l’entretien, vous devez d’abord établir un questionnaire ou une liste de sujets. De cette façon, vous pouvez vous appuyer sur un horaire précis pendant l’interview et ne perdrez pas le fil. Vous vous assurez également que tout ce que vous voulez traiter est couvert dans votre entretien.

Garder des traces de l’interview

Il faut garder des traces de ce qui a été dit pendant l’entretien afin de pouvoir le retravailler au calme pour votre recherche de thèse ou mémoire.

Vous avez différentes options :

  • Prise de notes (sur les réponses, sur le comportement de votre interlocuteur…).
  • Enregistrements audio.
  • Enregistrement vidéo.

Astuces pour l’enregistrement audio

Avant l’enregistrement de votre interview, il est important de :

  • Testez votre équipement d’enregistrement.
  • Demander la permission au répondant.

Pendant l’enregistrement :

  • Vérifiez un certain nombre de fois que l’enregistrement est toujours en cours lors de l’entretien.

Après l’entretien :

  • Stockez les fichiers sur votre ordinateur pour ne pas les perdre.

Pratique, pratique, pratique

L’interview est une compétence qui s’acquiert avec la pratique. C’est donc une bonne idée de tester vos compétences d’entretien dans un cadre informel.

Demandez à un ami de vous aider et essayez d’obtenir des commentaires sur votre façon de poser des questions, votre attitude, la structure de votre entretien,…

2. Appliquez des techniques d’entretien incontournables

La qualité des données que vous obtenez des entretiens dépend de votre propre comportement. La façon dont vous formulez vos questions, l’attitude que vous adoptez et la participation que vous manifestez déterminent souvent si vos répondants vous donnent l’information que vous cherchez.
Préparez donc votre comportement en fonction des personnes interrogées

Vous allez vous entretenir avec des personnes que vous ne connaissez pas. Votre échantillon est déterminé en fonction de certains critères et parfois la population étudiée fait partie de milieux sociaux différents du vôtre. En temps que interviewer vous allez influencer les répondants avec l’image que vous renvoyer, faites-y attention.

Il vous faut :

  • Etre professionnel.
  • Adapter votre hexis (gestes, ton de la voix…).
  • Adapter votre langage.
  • Adapter votre tenue vestimentaire.
  • Prendre en considération le milieu social de la population étudiée.
  • Savoir que votre présence peut influencer les réponses des personnes interrogées.

5 techniques à utiliser en entretien

Il existe différentes techniques et astuces que vous pouvez utiliser :

  • Écoutez plus que vous ne parlez. Les intervieweurs parlent souvent trop. Rappelez-vous que l’entretien n’est pas un monologue de vos expériences et opinions personnelles, mais que le répondant doit être au centre.
  • Posez des questions claires et soyez amical dans vos formulations. Si vos répondants sont confus ou sentent qu’ils doivent se défendre, vous n’aurez pas de réponse valable.
  • Évitez les formulations biaisées. Lorsque vous demandez, par exemple, «Êtes-vous contre la violence insensée ?». Il est probable que votre répondant donne une réponse socialement désirable. Avec une formulation plus neutre vous obtiendrez une réponse plus valable.
  • Sachez que vous avez une personne en face de vous. Certaines questions peuvent être sensibles, les répondants peuvent se sentir mal à l’aise ou peut-être même s’ennuyer. Soyez donc très attentif aux réactions verbales et non-verbales de votre répondant et, si possible, répondez-y.
  • Vivez l’interview (ou faites semblant). Ne donnez pas l’impression que vous vous ennuyez ou que vous êtes nerveux. Appliquez une variation de votre voix et de votre expression faciale.

Quelles questions éviter ?

  • Questions trop longues. Les répondants se souviennent souvent seulement d’une partie de la question et donnent donc des réponses incomplètes.
  • Questions ambiguës. Par exemple, « Que penses-tu de la musique pop contemporaine par rapport à la musique pop d’il y a cinq ans ?« . Une solution consiste à diviser la question en questions plus simples («Que pensez-vous de la musique pop contemporaine ?» «Pouvez-vous vous souvenir de la musique pop d’il y a cinq ans ?»; «Pouvez-vous comparer les types de musique ?« )
  • Questions avec des termes techniques. En général, vous devez éviter le jargon dans vos questions. Essayez de penser à l’avance quels termes sont ou ne sont pas généralement connus, de sorte que vous n’avez pas à interrompre l’entretien pour une explication.
  • Questions orientées ou biaisées. La question « Qu’est-ce que vous aimez à Amsterdam ? » envoie votre répondant dans une certaine direction. Avec une question telle que «Que pensez-vous d’Amsterdam ?», la chance est plus grande que le répondant donne une réponse plus authentique. Cela augmente également la validité de votre recherche.

Conseil
Posez des questions lors d’un entretien non directif ou semi directif . Il est possible que votre répondant pense que vous comprenez immédiatement ce qu’il veut dire alors qu’il utilise aussi parfois des concepts abstraits pour décrire une situation. Les répondants peuvent aussi penser que vous ne voulez pas entendre toute leur histoire.
Au cours d’un entretien en face à face, il est parfois possible de distinguer ce que les gens entendent de la situation ou du langage corporel. Cependant, cela n’est pas possible si vous écoutez un enregistrement ou si vous tenez un entretien téléphonique ou par e-mail.

ActionExemple
Demander des éclaircissements« Je ne comprends pas complètement ce que vous voulez dire. Pouvez-vous peut-être clarifier cela ? « 
Exemples de questions« Pouvez-vous nommer une situation où, à votre avis, une personne a montré un comportement antisocial ? »
Demandez toute l’histoire« Qu’est-il arrivé quand vous avez parlé de son comportement antisocial à la personne ? »
Saviez-vous...

Que la qualité de votre texte et sa compréhension sont fortement liées à l'absence d'erreurs grammaticales et de fautes d’orthographe.

Ne soyez pas recalé(e) pour quelques fautes, faites relire et corriger votre texte !

Découvrez notre service de correction

3. Soyez critique envers vous-même et votre attitude

Afin de garantir que vos interlocuteurs puissent s’exprimer librement, ouvertement et honnêtement, il est important de créer l’atmosphère appropriée. Le répondant doit avoir l’impression qu’il peut vous faire confiance. Une bonne introduction peut aider.

6 conseils pour une bonne introduction d’entretien

  • Expliquez en quoi consistent vos recherches et comment vous avez sélectionné vos répondants.
  • Demandez à votre interlocuteur s’il souhaite garder l’anonymat et, si nécessaire, indiquez que l’anonymat est garanti.
  • Indiquez que certaines questions peuvent sembler farfelues. Certaines questions conviennent à un répondant et moins à un autre. Il n’y a pas de «mauvaises» réponses à la recherche qualitative, de sorte que votre répondant n’a pas à s’inquiéter.
  • Dites-lui qu’il peut toujours vous interrompre pour des questions ou donner des éclaircissements.
  • Partager quelque chose à propos de vous (vos antécédents, vos études, vos intérêts), mais soyez concis.
  • Demander la permission de faire des enregistrements (audio, vidéo…).
  • Réagir aussi naturellement que possible.

Il est important de montrer de l’appréciation et de la compréhension pour que le répondant se sente à l’aise pendant l’entretien. N’exagérez pas et choisissez les bons mots, surtout avec des sujets sensibles.

Utilisez des phrases telles que «Cela ne me semble pas facile» ou «Comment avez-vous géré cela ?»..

Votre langage corporel (hexis) est également très important pendant l’entrevue. Il faut montrer que vous voulez entendre ce que votre répondant a à dire et que vous trouvez cela intéressant. Pensez à regarder le répondant au lieu de toujours écrire et regarder votre papier.

4. Résumez brièvement les conclusions

Il est utile de résumer brièvement les réponses aux questions à la fin de l’interview. De cette façon, vous donnez au répondant la possibilité d’indiquer si vous n’avez pas entièrement compris une réponse ou s’il a encore des choses à ajouter.

Cela n’est possible qu’avec un entretien semi-directif ou non-directif, car en tant que interviewer, vous ne déviez pas de votre questionnaire dans un entretien directif.

Cet article est-il utile ?
Justine Debret

Justine est responsable du marché français. Elle était étudiante il y a peu et est là pour s'assurer que vous ayez tout le soutien nécessaire à votre réussite académique.

Laissez un commentaire