L’écriture inclusive, qu’est-ce que c’est ?

L’écriture inclusive est un style d’écriture qui assure une égalité des représentations entre les femmes et les hommes.

Depuis 2015, le Haut conseil à l’égalité entre les hommes et les femmes défend l’écriture inclusive.

En mars 2017, l’éditeur Hatier a même publié un manuel pour les CE2 en employant cette nouvelle méthode d’écriture.

Quelles sont les règles de l’écriture inclusive ?

Les règles principales de l’écriture inclusive

Voici les principales règles que l’on applique lorsque l’on emploie l’écriture inclusive.

  • Éviter d’employer les mots « homme » et « femme », préférez les termes plus universels, et ne plus mettre de majuscule à « Homme ».
    Ex: « chercheur·e » ou “agriculteur-rice”.
  • Accorder en genre les noms de fonctions, grades, métiers et titres.
    Ex : « droits de la personne humaine » plutôt que « droits de l’Homme ».
  • User du féminin et du masculin, par la double flexion, l’épicène ou le point médian.
    Ex: « elles et ils font » ou « les candidat·e·s à la Présidence de la République ».
  • Au pluriel, le masculin ne l’emporte plus sur le féminin, mais inclut les deux sexes grâce à l’utilisation du point médian.
    Ex : « les électeur·rice·s » ou « les maçonnes et les maçons ».

Les autres règles de l’écriture inclusive

D’autres règles sont également appliquées à l’écriture inclusive, mais plus rarement.

La règle de majorité : on accorde un adjectif ou un participe passé avec le terme qui exprime le plus grand nombre.
Ex : “les chouquettes et le pain au chocolat sont délicieuses.”La règle de proximité : on accorde l’adjectif avec le dernier terme cité.
Ex : « le pain au chocolat et la chouquette sont délicieuses ».L’emploi de nouveaux pronoms neutres en genre.
Ex : « iels », « toustes » et « ceulles » à la place de « ils / elles », « tous / toutes » et « ceux / celles ».

Le débat sur l’écriture inclusive

L’Académie française a déclaré que l’écriture inclusive est “un péril mortel pour notre langue”.
Les opposants à ce style d’écriture affirment qu’il s’agit d’une atteinte à la qualité de la langue de Molière.

Les phrases produites seraient inesthétiques, trop difficiles à lire et manqueraient de fluidité. L’écriture inclusive produirait également beaucoup trop de redondances.

Une autre difficulté de l’écriture inclusive est l’absence de règles fixes et d’harmonisation. Il existe tellement d’options différentes :

  • les parenthèses : « musicien(ne) » ;
  • le caractère « / » : « musicien/ne » ;
  • le E majuscule : « motivéEs » ;
  • le trait d’union : « musicien-ne-s » ;
  • le point médian : « musicien·ne·s », « motivé·e·s » ;
  • le point : « musicien.ne.s », « motivé.e.s » ;
  • la terminaison à deux genres : « acteurs/trices » ou « acteurs·trices ».

Si vous souhaitez faire corriger et relire votre document par Scribbr en utilisant l’écriture inclusive, il vous faudra préciser les règles et le style que votre établissement vous engage à utiliser.

Cet article est-il utile ?
Justine Debret

Justine est responsable du marché français. Elle était étudiante il y a peu et est là pour s'assurer que vous ayez tout le soutien nécessaire à votre réussite académique.

2 commentaires

zgrodek raymond
4 mars 2019 à 16:49

cette façon de faire sous prétexte d'égalité hommes-femmes a la tendance à inverser les rôles. Ne faudrait-il pas revoir aussi la version de la création du monde ?

Répondre

Julia
Julia (Scribbr-team)
25 septembre 2018 à 10:45

Bonjour,

Merci pour votre message et vos remarques.
Nous allons en tenir compte.

Cordialement,

Julia

Répondre

Laissez un commentaire