Discours direct et indirect

Il existe différentes manières de rapporter un discours à l’écrit. Parmi celles-ci, deux façons principales émergent : le discours (ou style) direct et le discours indirect.

Exemples

Discours direct : “Tu iras au paradis avec tout ce que tu as fait pour moi !” lui a assuré Camille.

Discours indirect : Camille lui a assuré qu’il irait au paradis avec tout ce qu’il avait fait pour elle.

Il est également possible d’utiliser le discours indirect libre qui combine en quelque sorte discours direct et indirect.

Exemple

Discours indirect libre : Camille le lui disait tout le temps. Avec tout ce qu’il avait fait pour elle, il irait au paradis !

Discours direct

Le discours direct reprend textuellement les paroles d’un locuteur (celui qui parle). Il se distingue par plusieurs règles.

Règles du discours direct

  • Le discours direct est le plus souvent signalé par l’usage des guillemets.
Exemple

Jimmy lui fredonna à l’oreille : Fly me to the moon, let me play among the stars…

  • Une proposition l’accompagne, elle peut se situer avant, après, ou également à l’intérieur du discours lui-même. Ladite proposition se termine par un deux-points lorsqu’elle située avant le discours.
Exemples

Jimmy lui fredonna à l’oreille : “Fly me to the moon, let me play among the stars…
Fly me to the moon, let me play among the stars…fredonna Jimmy à son oreille.
Fly me to the moon, fredonna Jimmy à son oreille, let me play among the stars…

  • La proposition accompagnant le discours direct comporte un verbe introducteur dit de parole, pensée, communication, etc.
Exemple

Jimmy lui fredonna à l’oreille : “Fly me to the moon, let me play among the stars…

  • Le verbe introducteur ne prend pas de majuscule, même s’il est positionné après un point d’exclamation ou d’interrogation.
Exemple

“Quand est-ce que tu reviendras ?” lui demanda David.

  • La ponctuation fait état des sentiments du locuteur.
Exemple

“Tu ne peux pas t’empêcher de me faire tourner en rond !” lui reprocha-t-il.

Remarque : Attention, toutes ces règles ne s’appliquent pas systématiquement dans un dialogue (suppression possible des guillemets, de la proposition avec verbe introducteur…) :
“- Quelle est ta boisson préférée ?
– Le café.
– Vraiment ?
– Oui, j’en bois au moins cinq par jour !”

Discours indirect

Le discours indirect rapporte le discours d’un locuteur en le modifiant et en le présentant avec une proposition subordonnée ou une construction infinitive.

Exemples

Proposition subordonnée : Le directeur exige que le secrétaire de séance se taise.
Construction infinitive : Le directeur lui demanda de se taire.

Règles du discours indirect

  • Le discours indirect nécessite aussi l’usage d’un verbe introducteur.
Exemples

Le professeur précise qu’il est nécessaire de se concentrer.
Richard admet qu’il se trompe souvent.

  • Il est introduit par les conjonctions de subordination “que” (qu’), et “si” (s’) et les prépositions “à” et “de”.
Exemples

Igor raconte qu’il a été subjugué par ce cinéma.
Gaël lui demande si elle va bien.
Paul demande à se rendre à cet endroit.
La police lui demande de se rendre.

  • Le discours indirect n’utilise pas de guillemets et de deux-points.
Exemples

Discours direct : Jean lui assure que : son père va bien. Jean lui assure que son père va bien.
Discours indirect : Jean lui assure que son père va bien.

  • Le discours et la ponctuation ne font pas état des sentiments du locuteur : le ou les locuteurs sont présentés à la troisième personne.
Exemples

Discours direct : Jean lui assure qu’heureusement son père va bien. Jean lui assure que son père va bien !
Discours indirect : Jean lui assure que son père va bien.

  • Le discours indirect ne comporte pas de marques d’oralité (hésitations, interjections comme “ah”, “oh”, etc., répétitions, termes familiers comme “bon, “quoi”…) et n’emploie pas le langage familier.
Exemples

Discours direct : Jean lui assure que, ouf, son père va bien.
Discours indirect  : Jean lui assure que son père va bien.

Voici pourquoi les étudiants utilisent Scribbr pour la correction de leurs documents...

Consulter nos services de relecture et correction

Passer du discours direct au discours indirect

Passer du discours direct au discours indirect nécessite notamment de modifier la construction de la phrase, la ponctuation, les temps ou modes utilisés, les marqueurs de temps et d’espace, ainsi que le registre de langage.

Discours direct/indirect, les temps et les modes

Les phrases au discours direct et indirect comprennent plusieurs verbes. Pour toute question relative à la concordance des temps dans le passage du style direct au style indirect, il est nécessaire de retrouver en premier lieu le verbe introducteur.

  • Si le verbe introducteur est au présent ou au futur de l’indicatif, le passage d’un style à l’autre n’occasionnera pas de changement (exception faite pour l’emploi de l’impératif, voir exemples ci-dessous).
Exemples

Discours direct : Stéphane affirme : “Je suis libre.”
Discours indirect : Stéphane affirme qu’il est libre.

  • En cas d’impératif avec un verbe introducteur au présent de l’indicatif, la transformation au discours direct peut utiliser la préposition “de” suivie d’un infinitif (voire un subjonctif présent).
Exemples

Discours direct : Lila dit : “Viens chez moi !
Discours indirect : Lila lui dit de venir chez elle. Lila lui dit qu’elle vienne chez elle.

  • Si le verbe introducteur est au passé, les changements indiqués dans le tableau ci-dessous interviendront dans la subordonnée.
Discours directDiscours indirect
  • Verbe introducteur au passé + présent (dans la subordonnée).

Stéphane affirma : “Je suis libre.”

  • Verbe introducteur au passé + imparfait (dans la subordonnée).

Stéphane affirma qu’il était libre.

  • Verbe introducteur au passé + passé composé ou passé simple (dans la subordonnée).

Danny précisa : “J’ai écouté son interview.”

  • Verbe introducteur au passé + plus-que-parfait (dans la subordonnée).

Danny précisa qu’il avait écouté son interview.”

  • Verbe introducteur au passé + imparfait (dans la subordonnée)

Émilie assura : “J’étais très heureuse hier.”

  • Verbe introducteur au passé + imparfait ou plus-que-parfait (dans la subordonnée).

Émilie assura qu’elle était très heureuse la veille.

  • Verbe introducteur au passé + futur (dans la subordonnée)

Serge indiqua : “J’irai voir mon père demain.”

  • Verbe introducteur au passé + conditionnel présent (dans la subordonnée).

Serge indiqua qu’il irait voir son père le lendemain.

  • Verbe introducteur au passé + futur antérieur (dans la subordonnée)

Serge ajouta : “J’aurai terminé la chambre avant d’aller voir mon père.”

  • Verbe introducteur au passé + conditionnel passé (dans la subordonnée).

Serge ajouta qu’il aurait terminé la chambre avant d’aller voir son père.

  • Verbe introducteur au passé + subjonctif présent (dans la subordonnée)

Il a dit : “Il faut lui offrir ce cadeau.”

  • Verbe introducteur au passé + subjonctif imparfait (dans la subordonnée).

Il a dit qu’il fallait lui offrir ce cadeau.

  • Verbe introducteur au passé + conditionnel présent ou passé (dans la subordonnée)

Il songea : “Elle aurait pu s’inscrire au bac.”

  • Verbe introducteur au passé + conditionnel présent ou passé (dans la subordonnée).

Il songea qu’elle aurait pu s’inscrire au bac.

Discours direct/indirect, les repères spatio-temporels, les personnes et les mots interrogatifs

Discours directDiscours indirect
Repères de tempsAujourd’hui

Hier

Demain

Dans quelques jours

→ Ce jour-là

→ La veille

→ Le lendemain

→ Quelques jours plus tard

Repères de lieuIci→ Là-bas, là
Indicateurs de la personne

(attention : pour cet indicateur, il s’agit de règles générales, mais elles peuvent varier selon le contexte)

Je, tu

Nous, vous

Moi, toi

Mon, ton

Nos, vos

→ Il, elle

→ Ils, elles, eux

→ Lui

→ Son, sa

→ Ses, leurs

Mots interrogatifsEst-ce que

Qu’est-ce qui

Qu’est-ce que

→ Si

→ Ce qui

→ Ce que

Exemples

Discours direct : Michel a dit : “Je viendrai manger chez vous  demain, mais seulement si vous êtes ici.”
Discours indirect : Michel a dit qu’il viendrait manger chez eux le lendemain, mais seulement s’ils sont .

Discours indirect libre

Le discours indirect libre se situe à mi-chemin du discours direct et du discours indirect à qui il emprunte plusieurs de leurs caractéristiques.

Règles du discours indirect libre

  • Le discours indirect libre ne contient pas de verbe introducteur.
  • Il n’utilise pas de guillemets.
  • Il laisse apparentes les marques d’oralité et peut employer un langage familier.
  • Le discours et la ponctuation font état des sentiments du locuteur, et la troisième personne est utilisée pour celui-ci.

Le discours indirect permet d’introduire le lecteur dans les pensées du personnage évoqué dans le texte. Ce style est fréquemment utilisé dans les romans. Il offre en outre la possibilité de troubler la compréhension sur ce qui est dit. En effet, la personne qui parle n’est pas toujours identifiable : est-ce le narrateur ou est-ce le personnage ? Contrairement aux styles direct et indirect qui sont facilement identifiables, le style indirect libre n’a pas toujours de limites clairement établies.

Exemple

Il adorait prendre son bain tous les soirs. C’était son plaisir. Mais cette sonnerie, c’était quoi ? Qui ? Son frère n’allait tout de même pas s’inviter à ce moment-là !

“Si vous voulez en savoir plus”

Il existe d’autres types de discours qui sont moins fréquemment évoqués. Parmi eux figurent le discours direct libre et le discours narrativisé.

Le discours direct libre

Par discours direct, on sous-entend le discours direct formel, c’est-à-dire le discours direct tel que défini dans les lignes qui précèdent. Le discours direct libre est moins connu et est assez proche du discours indirect libre, plus répandu. Leur différence la plus visible est l’emploi ou non de la première personne, le style indirect libre privilégiant la troisième personne. Pour le comprendre, il est nécessaire d’avoir en tête que la discours direct libre s’appuie sur deux propositions : une qui correspond à l’énoncé citant et l’autre à l’énoncé cité, comme dans cet exemple discours direct : Anakin a dit : “Je suis ton père.”

Globalement, le discours direct libre mélange les deux sans utiliser la ponctuation spécifique au discours direct (guillemets, tirets) et sans conserver le verbe introducteur. Cette particularité met les deux énoncés sur le même plan.

Exemples

Je suis toujours emmerdé quand on me parle qu’est-ce qu’il fait ton papa où elle est ta maman, c’est un truc qui me manque comme sujet de conversation.” Cet exemple est issu du roman La Vie devant soi, de Romain Gary.

“La même logique pourrait s’appliquer avec la réussite sociale : les femmes souffrent moins de ne pas avoir réussi. Elles sont déçues, mais elles font avec. Un mec comme Xavier, qui avait tout pour réussir – le bon genre, la bonne race, la bonne nationalité – et que le succès a frôlé au départ, a plus de mal à se résigner. Voilà, j’ai raté ma vie, j’ai pris les mauvaises décisions, je n’ai pas vu la chance quand elle se présentait, c’est trop tard, c’est fait… ces choses qu’Emilie peut supporter de penser, elle voit bien que Xavier en crève.” Cet exemple est issu du roman Vernon Subutex (tome 2), de Virginie Despentes.

Il est à noter que le discours indirect libre et le discours direct libre ne sont pas aussi clairement déterminés que les discours direct et indirect. Il est ainsi parfois difficile de les distinguer.

Le discours narrativisé

Le discours narrativisé est un discours rapporté qui relate les paroles qui ont été émises sans les détailler. Les paroles sont racontées comme un événement, une situation. Comme le discours narrativisé appartient au récit, il conserve sa forme.

Exemple

“À l’entendre, lui avait toujours été le meilleur des fils, mais son frère s’était conduit d’une façon ignoble ; il avait dépouillé sa mère, et aujourd’hui qu’elle n’avait plus le sou, il rougissait d’elle. C’était, sur ce sujet, des bavardages sans fin. Silvère s’indignait contre l’oncle Pierre, au grand contentement de l’oncle Antoine.” Cet exemple est issu du roman La Fortune des Rougon, d’Émile Zola.

Exercice sur le discours direct et indirect – quiz

Testez ici si vous êtes un poussin (de 0 à 3 bonnes réponses), un cadet (de 4 à 7 bonnes réponses) ou un senior (au moins 8 réponses correctes) des types de discours !

Quel est le type de discours employé dans les phrases suivantes ?

1. Il s’arrêta et lui lança : “Ne bouge pas.”
2. Yann contempla les peupliers par la fenêtre et lui demanda de partir.
3. Les employés déplorent que leurs revenus n’aient pas augmenté.
4. Simon ne savait jamais où dormir. J’aimerais bien que tu me dises où aller plutôt que d’attendre un signe de ta part… Mais ça ne venait jamais.
5. Le plat était chaud, mais la table n’était pas prête. Il fallait se dépêcher, tout disposer sans attendre. Bon, il ne restait plus grand-chose et les invités n’étaient pas encore là.

Transposez les phrases suivantes du discours direct au discours indirect.

6. Salomé l’avertit : “Tu as oublié ton cartable !”
7. “Cela n’est pas si douloureux”, lui assura-t-il.
8. Le président leur ordonna : “Arrêtez ce vacarme !”
9. “Tu n’arrives pas à grimper cette montagne, lui expliqua-t-elle, parce que tu n’es pas concentré sur son sommet.”
10. Luke s’exclama : “ Tu n’es pas mon père !”

  1. Discours direct.
  2. Discours narrativisé.
  3. Discours indirect.
  4. Discours direct libre.
  5. Discours indirect libre.
  6. Salomé l’avertit qu’il avait oublié son cartable.
  7. Il lui assura que cela n’était pas si douloureux.
  8. Le président leur ordonna d’arrêter ce vacarme.
  9. Elle lui expliqua qu’il n’arrivait pas à grimper cette montagne parce qu’il n’était pas concentré sur son sommet.
  10. Luke s’exclama qu’il n’était pas son père.
Cet article est-il utile ?
Agathe Costes

Écrivain public depuis 2011, Agathe s’est spécialisée dans la correction et la rédaction d’articles et de comptes rendus. Titulaire de deux BTS et d’une licence, elle connaît parfaitement les contraintes que peuvent rencontrer les étudiants.

2 commentaires

Martine T
13 février 2020 à 04:27

Bonjour Agathe,

je suis en train d’étudier les ressources de Scribbr. Merci pour cet article très intéressant ! Par contre, il y a quelque chose que je ne comprend pas dans la concordance quand on passe du style direct à l’indirect, pour le cas d’un verbe au subjonctif. Dans l’exemple, ce ne sont pas des subjonctifs « faut » ou « fallait ». Voir ci-dessous. Pourriez-vous m’éclairer svp.

Merci par avance.
Cordialement.

Martine

Verbe introducteur au passé + subjonctif présent (dans la subordonnée)
Il a dit : “Il faut lui offrir ce cadeau.”
Verbe introducteur au passé + subjonctif imparfait (dans la subordonnée).
Il a dit qu’il fallait lui offrir ce cadeau.

Répondre

Caroline Panis
Caroline Panis (Scribbr-team)
14 février 2020 à 19:55

Chère Martine,
Vous avez raison, il semble qu'il y ait une erreur (probablement un exemple qui a été modifié en cours de route et en correspond plus).
Cela sera rectifié prochainement.
Merci pour votre vigilance !
Bien à vous,
Caroline

Répondre

Laissez un commentaire