La structure d’un document académique général

Les documents académiques sont très nombreux et ont chacun leurs spécificités (essais, rapports, projets de recherche…).

Certains documents académiques ont une structure qui suit des règles précises, comme un mémoire, une thèse, un rapport de stage, un TFE infirmier ou une dissertation (de droit ou de philosophie).

Pour les autres documents académiques, comme un article de revue, un article de blog argumenté, un essai ou toute autre document argumentatif, nous avons défini une structure générale que vous pouvez suivre.

Voici un guide sur la rédaction de documents académiques et la structure organisationnelle de ces derniers.

Quelle structure pour un document académique ?

Logiquement, tout document académique doit être constitué de trois éléments :

  1. Un début – expliquant le but, sujet et plan du document.
  2. Un milieu – avec des informations logiques et sous-thèmes.
  3. Une fin – attente de votre objectif.

Une structure visuelle et logique ?

Il est possible d’offrir à votre lecture une structure visuelle et logique de votre document à l’aide d’une segmentation avec des titres apparents et des paragraphes.

La mise en forme de votre texte académique aura des répercussions sur l’interprétation de sa structure. Votre plan peut induire une relation (de subordination ou de hiérarchie) entre plusieurs éléments (ou idées). Il vous faut y prêter attention.

La structure peut être mise en forme visuellement par des retraits, des sauts de lignes ou des puces pour développer une idée principale (voir ci-dessous).

Il est aussi possible de marquer la structure de votre document grâce à des marqueurs lexicaux au début de vos paragraphes (voir ci-dessous).

  • Premièrement, tout d’abord…
  • Deuxièmement, ensuite…

Attention !
Les titres de vos grandes parties (ou chapitres) doivent être généraux, alors que les titres de vos sous-parties (ou sous-sections) doivent apporter des précisions par rapport à l’idée générale amenée par le titre de la grande partie. Pensez donc à avoir un titre de partie général et des titres de sous-parties qui donnent des précisions sur l’idée principale.

Des figures et tableaux titrés et référencés

Si vous avez des tableaux et des figures dans le texte pour illustrer vos idées, il vous faut les titrer et référencer dans une liste des tableaux et figures qui apparaîtra au début du document après le sommaire.

Notez que…
Parfois, le format ou la norme vous empêche d’insérer des tableaux et des figures directement dans le texte, et parfois, vous devez les inclure à la suite du texte principal. Il est important de vérifier !

1. Un début

Le début de votre document académique doit pouvoir expliquer l’objet et sujet à une personne profane, c’est-à-dire à quelqu’un qui ne connaît absolument votre sujet.

La structure du début d’un document académique se doit généralement de contenir les éléments qui suivent.

Un titre clair

Nous vous conseillons de toujours titrer vos documents académiques. Le titre doit pouvoir indiquer au lecteur plusieurs éléments :

  • De quel type de document il s’agit (ex : « Mémoire de fin d’études »).
  • Votre domaine d’études (ex : « Dissertation de droit »).
  • Le thème.
  • Le sujet.
  • Le contexte (date) et le lieu (ex : « La place des femmes dans la Seconde guerre mondiale 39-45 »).

Une introduction ou amorce

Il peut simplement s’agir d’une phrase qui introduit votre document et son but.

Les textes sont souvent écrits pour les raisons suivantes :

  • Pour répondre à une question spécifique (par exemple basée sur une recherche bibliographique).
  • Pour justifier ou réfuter une hypothèse/déclaration/opinion.
  • Faire une prédiction sur une certaine situation.
  • Donner des informations générales sur un sujet compliqué pour mieux l’expliquer.
  • Discuter d’une nouvelle idée/phénomène.

La présentation du sujet et du problème traité

Il est nécessaire de préciser clairement le sujet de votre document. Vous pouvez donner des précisions sur les concepts importants en donnant leur définition.

Il est possible de préciser avec la problématique ou la question qui sera traitée.

Posez-vous les questions :

  • Pourquoi rédigez-vous ce document ?
  • Quel est le problème ou la question à laquelle il faut répondre ?

Une annonce de plan

Il ne s’agit pas forcément d’une annonce de plan formelle (avec “dans le Chapitre 1, nous verrons que…”), mais plutôt d’indiquer le but de votre document et de ce qui va suivre pour répondre au problème.

Après avoir discuté du but de votre texte, expliquez comment il est structuré. Vérifiez toujours que votre argumentation est logique.

Saviez-vous…

Qu'un mémoire, un rapport de stage ou une thèse sans plagiat est une obligation pour obtenir votre diplôme ? Évitez d’être recalé(e) pour du copier-coller !

Faire le test anti-plagiat

2. Un milieu

Il est important d’offrir au lecteur un développement équilibré et logique dans votre “milieu”.

Présentez vos informations comme annoncées, dans un ordre logique.
Sur la base de ces informations, vous pouvez éventuellement aborder des sous-thèmes.

Si vous travaillez avec des parties (ex: chapitre 1, section 1, paragraphe 1…), faites bien attention à proposer un plan équilibré en termes d’idées.

Dans cette partie, vous pouvez donner des détails pour argumenter vos idées avec des exemples, auteurs, concepts et citations.

Il est aussi important de rédiger des paragraphes académiques.

Des titres pour chaque partie ?

Nous vous conseillons de titrer vos différentes parties, afin de donner un aperçu au lecteur de ce qui va être traité dans chacune des parties.

Vous pouvez par exemple donner des titres aux différentes parties d’un article que vous rédigez.

Un ordre logique

Il vous faut approfondir le sujet dans un ordre logique.

Vous pouvez présenter les informations :

  • Par ordre chronologique.
  • En fonction de leur importance.
  • Basé sur la taille.
  • En fonction du thème.

Les transitions

Les différentes parties du document doivent pouvoir se lire de manière fluide et logique. Il est donc important que vous ajoutiez des transitions entre vos parties pour les conclure et introduire.

Il peut ne s’agir que d’une phrase qui conclue la partie précédente et annonce la suivante.

Vous pouvez consulter notre article sur comment faire une transition.

3. Une fin

La fin de votre document académique doit apporter une sorte de conclusion et des réponses par rapport à votre objectif initial.

Il peut s’agir des réponses aux questions posées au début ou d’une conclusion par rapport à l’argumentation présentée dans le développement. Il est également possible d’apporter une ouverture sur le sujet traité.

Par exemple :

  • Vous répondez à la question.
  • Vous validez ou non une hypothèse/déclaration.
  • Vous soutenez fermement votre opinion sur la base des informations dont vous avez discuté au milieu.
  • Vous réfutez l’opinion de quelqu’un sur la base des informations que vous avez utilisées.
  • Vous faites une prédiction sur une situation particulière.
  • Vous complétez le texte dans lequel vous avez donné des informations générales sur un sujet compliqué par quelques phrases dans lesquelles vous expliquez brièvement ce que cela signifie.
  • Vous tirez une conclusion sur une nouvelle idée/un nouveau phénomène.

Pour que la fin de votre document soit pertinente, pensez aussi :

  • À atteindre l’objectif que vous avez décrit au début ou indiquer pourquoi cela n’a pas fonctionné.
  • À terminer clairement votre texte en vous basant sur les informations que vous avez présentées au milieu.
  • À ne présenter aucune nouvelle information.
  • À terminer avec une phrase pertinente.

Les sources ?

Enfin, vous pouvez aussi ajouter les sources et références utilisées à la fin de votre document.

Quelques conseils

Cet article est-il utile ?
Justine Debret

Justine est responsable du marché français. Elle était étudiante il y a peu et est là pour s'assurer que vous ayez tout le soutien nécessaire à votre réussite académique.

Laissez un commentaire